GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • L'Irak «ne sera plus le même» après la contestation (ayatollah Sistani)
    • La justice française remet en liberté Vincenzo Vecchi, réclamé par les autorités italiennes
    • Pékin accuse Londres de «jeter de l'huile sur le feu» après l'agression d'une ministre hongkongaise
    • Chutes de neige en France: 300 000 foyers privés d'électricité dans quatre départements (Enedis)
    • Le président lituanien gracie deux espions russes (officiel)
    • Chili: près de 200 manifestants éborgnés par les forces de l'ordre depuis le début de la crise sociale (INDH)
    • Chili: le Parlement convoque un référendum afin de réviser la Constitution de Pinochet (officiel)
    Economie

    Les cours du pétrole sous la barre des 50 dollars le baril à New York

    media Un puits de pétrole de la compagnie Pemex dans le Golfe du Mexique. AFP/Alfredo Estrella

    Les cours du pétrole continuent leur plongeon. A New York le brut léger est passé sous le seuil des 50 dollars le baril en séance. C'est le niveau le plus bas depuis le 1er mai 2009.

    49,95 dollars. A la Bourse de New York, le baril de pétrole n'avait pas été aussi bon marché depuis près de six ans. C'était au printemps 2009, au plus fort de la crise financière mondiale.

    Aujourd'hui, c'est l'essoufflement économique de la Chine qui effraie, l'activité manufacturière a très mal terminé l'année. Deuxième économie mondiale, la Chine est aussi le deuxième consommateur d'or noir. L'Europe tourne au ralenti, et les Etats-Unis consomment de plus en plus leur propre pétrole de schiste. La Russie produit du brut comme jamais. Et l'Organisation des pays exportateurs de pétrole a refusé de fermer les vannes pour ne pas perdre ses parts de marché.

    Il y a donc trop de pétrole disponible, ce qui fait plonger les prix du brut. Les marchés pétroliers négligent désormais les risques géopolitiques, qui avaient pourtant propulsé les cours à 115 dollars avant l'été. Depuis tout le monde a constaté que le pétrole irakien continuait à sortir sans encombre par le sud, ce qui compense largement les perturbations de la production libyenne.

    C'est donc le surplus mondial de pétrole qui préoccupe les marchés, et comme ce surplus mettra du temps à disparaître, nul ne sait où s'arrêtera la dégringolade des prix du baril.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.