GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 14 Août
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Aujourd'hui
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Economie

    La Banque centrale européenne fait pression sur la Grèce

    media Le président de la Banque centrale européenne, Mario Draghi. REUTERS/Yves Herman

    Alors que les nouveaux dirigeants grecs poursuivent leur tournée auprès des dirigeants politiques européens, la Banque centrale européenne (BCE) a annoncé mercredi soir une décision qui a fait l’effet d’un coup de tonnerre. L'institution monétaire ne veut plus financer les banques grecques et n'accepte plus les titres grecs en échange de liquidités.

    L'annonce a fait l'effet d'une bombe, dans la nuit du 4 au 5 février. La BCE va suspendre le régime de faveur dont bénéficiaient les banques grecques.  Jusqu’à présent, en contrepartie des engagements pris par Athènes et des contrôles exercés sur les réformes imposées par la troïka (BCE, Commission européenne et Fonds monétaire international), les banques hellènes pouvaient emprunter de l’argent auprès de l’institution monétaire avec des garanties inférieures à celles exigées habituellement. En clair, depuis plus de 2 ans, la BCE fournissait des liquidités aux banques grecques en échange d'obligations d'Etat même si elles étaient jugées « pourries », terme employé par les agences de notations. 

    En supprimant cette possibilité, l'institution monétaire accentue la pression sur Athènes, même si elle n'a fait finalement qu'appliquer le règlement. Car ce système de faveur était accordé à titre exceptionnel, à condition que la Grèce suive le programme de la troïka. Or, depuis l'élection de Syriza, les Grecs l'ont dit, ils ne veulent plus de cette troïka. Dont acte : le plan d'aide est suspendu.

    La BCE aurait pu attendre un peu que les négociations aboutissent, elle en a décidé autrement. 9%, c'est ce que perdait la bourse d'Athènes perdait ce jeudi à l'ouverture, comme le jour de l'intronisation du gouvernement Tsipras, avant de ramener quelques minutes plus tard ses pertes autour de 5%. Mais ce sont surtout les valeurs bancaires directement menacée pas la décision prise à Francfort, qui ont subi le plus gros coup de tabac : 22% de baisse pour l'indice bancaire grec. Pourtant, le gouvernement grec assure que la liquidité des banques nationales est assurée par les moyens restants.

    Une décision comme un ultimatum

    Mais cette décision de la BCE apparaît tout de même comme un ultimatum afin de trouver une solution sur la dette du pays. Les autorités d'Athènes assurent qu'elles n'accepteront aucun chantage, pas plus qu'elles n'en pratiqueront. En attendant une solution, le taux d'emprunt grec à 10 ans était en hausse, signe de la moindre confiance des investisseurs, alors que ceux de l'Europe du nord, comme en Allemagne, étaient en baisse et même à un niveau historiquement bas pour la France.

    La Grèce a jusqu'au 25 février pour trouver un point d'entente avec la troïka, faute de quoi elle sera privée de liquidités. Ce sera alors le défaut de paiement et la Grèce sortira de facto de la zone euro. Un scénario catastrophe que n'envisagent ni les dirigeants grecs, ni les dirigeants européens.

    Réunion en Allemagne

    Ce jeudi, le ministre grec des Finances, Yanis Varoufakis, doit s'entretenir avec son homologue allemand Wolfgang Schäuble. C’est la première rencontre au sommet très attendue depuis les élections grecques.

    Le Premier ministre grec Alexis Tsipras et son ministre des Finances Yanis Varoufakis sont en pleine tournée européenne pour renégocier la dette grecque. REUTERS/Alkis Konstantinidis

    En Allemagne, on a déjà signifié qu’on refusait, comme d’autres capitales européennes, toute négociation sur un effacement même partiel de la dette grecque, rappelle notre correspondant dans la capitale allemande Pascal Thibault.

    Berlin insiste aussi sur sa volonté de faire respecter les engagements pris par Athènes. Hier encore, Wolfgang Schäuble déclarait qu’il y avait encore beaucoup de réformes à faire en Grèce. Angela Merkel a elle ajouté mercredi qu’il n’y avait, selon elle, aucune divergence de fond entre les Européens sur le dossier grec.

    Une réponse à ceux qui peut-être pouvaient penser que la tournée européenne du Premier ministre grec, Alexis Tsipras et de son ministre des Finances, pourrait contribuer à isoler Berlin. Beaucoup d’observateurs estiment que Yanis Varoufakis repartira de la capitale allemande sans doute aujourd’hui les mains vides.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.