GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Aujourd'hui
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Economie

    Attentat à Tunis: le secteur du tourisme plongé dans l'inquiétude

    media Des policiers devant les portes du musée du Bardo à Tunis au lendemain de l'attentat qui a coûté la vie à 21 personnes. REUTERS/Anis Mili

    Quel avenir pour l'économie tunisienne après l'attaque meurtrière de mercredi dernier contre le musée du Bardo, alors que des groupes de croisières italiens ont déjà annoncé la suspension de leurs escales à Tunis ? Les Tunisiens et les investisseurs s'interrogent sur la manière de ramener la confiance, les autorités aussi. Reportage.

     

    Le gouvernement tunisien a qualifié de « terrible » l'impact de cette attaque sur l'économie du pays, notamment sur le touriste, déjà en crise. « Nous sommes très inquiets pour l’avenir du secteur qui est menacé par le terrorisme parce que maintenant il frappe du côté économique, explique Houcine Krimi, représentant du secteur hôtellerie au syndicat UGTT. Nous attendons le soutien des Européens. »

    Alain Masson, lui, ne cède pas à la peur. Ce Français installé en Tunisie depuis deux ans dirige Newrest, une société de restauration présente sur plusieurs dizaines de sites dans le pays, notamment dans le sud, avec 1 700 employés. « Nous sommes prestataires de service auprès d’entreprises qui modifient leurs conditions de sécurité et d’accès, on s’y adapte, affirme Alain Masson. Il n’y a aucune remise en question de notre présence sur place. Il y a les bases d’un processus démocratique qui sont en train de se mettre en place, il y a un potentiel important. On attend avant tout une reprise économique, une reprise du tourisme. »

    Le chef de l'Etat Béji Caïd Essebsi a également qualifié la situation économique du pays de très mauvaise, rappelant l'urgence de réformes « douloureuses ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.