GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 22 Novembre
Samedi 23 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Le modèle économique de Facebook et Google est une «menace» pour les «droits humains», selon Amnesty
    • Séisme de magnitude 6,1 dans le nord-ouest du Laos
    France

    Espace: face à la concurrence américaine, Arianespace sera privatisée

    media Lancement d'une fusée Ariane 5 depuis Kourou (Guyane française), le 26 avril 2015. AFP PHOTO / ESA/ P. PIRON / HO

    Le gouvernement français veut privatiser Arianespace. Le Premier ministre Manuel Valls a indiqué que cette société, qui commercialise et assure le lancement des fusées Ariane dans l'espace, avait « vocation à être contrôlée » par la co-entreprise Airbus Safran Launchers. Une décision importante pour la future fusée Ariane 6.

    C’est une étape importante dans la refonte de la filière spatiale européenne, pour contrer surtout l’offensive à bas coût de l’Américain SpaceX. La société fondée par Elon Musk a créé la suprise il y a deux ans en proposant des tarifs de lancement des satellites 30 % moins chers que la concurrence. Ce passage du public au privé répond donc à une logique économique ; la future fusée Ariane 6 sera construite par l’alliance Airbus-Safran, et son lancement devra coûter moins cher.

    Cette co-entreprise prend ainsi le contrôle de toute la chaÏne, de la conception à la commercialisation, en passant par la production des lanceurs. Concrètement, Airbus-Safran prendra la totalité des parts du Centre national d’étude spatiale (Cnes), premier actionnaire d’Arianespace, soit 34 % des actions. Une transaction estimée entre 100 et 200 millions d’euros, assortis d'un engagement à ne pas toucher à l'emploi. Cette nouvelle configuration doit permettre à l’Europe de conserver sa place de leader mondial sur le marché du lancement de satellites.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.