GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 18 Juillet
Mercredi 19 Juillet
Jeudi 20 Juillet
Vendredi 21 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 23 Juillet
Lundi 24 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Economie

    Deux millions d'euros collectés par crowdfunding pour sauver la Grèce

    media L'objectif de la page Greek Bailout sur le site de financement participatif (crowdfunding) Indiegogo était de collecter 1,6 milliard d'euros pour rembourser la dette grecque au FMI. Capture d'écran www.indiegogo.com

    La situation en Grèce ne préoccupe pas seulement Athènes et ses créanciers, mais aussi bien sûr les citoyens européens. Plusieurs initiatives ont fleuri pour venir en aide au peuple grec, comme par exemple cet appel aux dons lancé par un jeune Britanique sur une plateforme de financement participatif.

    Dix euros la bouteille d'ouzo, six euros le panier feta / olive, trois euros la carte postale d'Alexis Tsipras. Un petit geste pour une grande cause, rembourser la dette de la Grèce au Fonds monétaire international (FMI). « J'ai donné dix euros pour une bouteille d'ouzo, affirme à RFI Tom Feeney, l'initiateur du projet. Il suffirait qu'un Européen sur trois fasse comme moi pour avoir les 1,6 milliard d'euros et rembourser le FMI. »

    Il faut dire que le jeune Britanique n'en pouvait plus d'écouter les politiques gloser sans rien faire et que l'histoire grecque et l'austérité, à moindre mesure, il connaît.

    « On ne parle pas ici seulement de la Grèce en tant que pays mais de gens comme vous et moi qui travaillent, qui vivent chaque jour cette austérité, explique Tom Feeney. Moi, je viens du nord de l'Angleterre, où on a été confrontés aussi aux coupes budgétaires du gouvernement, aux baisses de salaire, de notre niveau de vie. Alors, je comprends exactement ce que vivent les Grecs et manifestement, je ne suis pas le seul qui se sente concerné par leur combat contre l'austérité imposée par l'Europe. C'est une crise humanitaire qu'est en train de vivre la Grèce, pas seulement une crise économique. »

    L'effet « boule de neige » s'est amorcé, mais le temps a finalement manqué. Deux millions d'euros ont tout de même été récoltés. L'objectif de 1,6 milliard n'ayant pas été atteint, l'argent sera remboursé, mais le message, lui, est passé.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.