GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 19 Avril
Samedi 20 Avril
Dimanche 21 Avril
Lundi 22 Avril
Aujourd'hui
Mercredi 24 Avril
Jeudi 25 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Economie

    Royaume-Uni: la privatisation de Royal Bank of Scotland a débuté

    media Le gouvernement britannique a donné le coup d'envoi à la privatisation de la RBS, une décision critiquée par l'opposition. AFP PHOTO/ANDY BUCHANAN

    L'Etat britannique a donné mardi le coup d'envoi à la privatisation de Royal Bank of Scotland. Le but de l'opération est de réduire la dette publique et de permettre à la banque de retourner dans le secteur privé

    L'Etat britannique a choisi de céder une partie du capital qu'il détient dans Royal Bank of Scotland (RBS), même si c'est une opération à perte. Le niveau de l'action RBS reste, en effet, loin du niveau payé par les pouvoirs publics au moment du sauvetage de la banque, il y a sept ans.

    L'opération devrait rapporter 2,1 milliards de livres (près de 3 milliards d'euros). L'Etat britannique reste l'actionnaire majoritaire mais sa part est réduite à 72,9 %. Ainsi, RBS sera ramenée dans le giron privé. « Cela encouragera la stabilité financière, conduira à un secteur bancaire plus compétitif et soutiendra l'économie », a insisté le chancelier de l'Echiquier, George Osborne.

    Une opération à perte pour le contribuable

    L'opération a toutefois été critiquée par l'opposition travailliste, selon laquelle le contribuable britannique perd dans cette vente près d'un milliard de livres (près d'1,5 milliard d'euros) par rapport à l'investissement de départ.

    Mais le gouvernement Cameron veut aller vite. Londres cède progressivement ses parts dans plusieurs sociétés. C'est notamment le cas pour Lloyds Banking Group ou le groupe postal Royal Mail. Un vaste plan de privatisations menées pour ramener les comptes publics à l'équilibre.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.