GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 2 Décembre
Samedi 3 Décembre
Dimanche 4 Décembre
Lundi 5 Décembre
Aujourd'hui
Mercredi 7 Décembre
Jeudi 8 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Economie

    France: Airbnb s'attaque aux palaces parisiens

    media Classé monument historique, le Lutetia est le grand hôtel de prestige de la rive gauche parisienne. Sa fermeture, en avril 2014 pour d'importants travaux, a permis à Airbnb d'augmenter son offre. Jean-Marc Palisse

    En cette période estivale de vacances, les particuliers sont de plus en plus nombreux à se tourner vers les méthodes de location alternatives. La plus connue c'est sans doute Airbnb qui se propose de faire l'intermédiaire pour des locations directement entre particuliers. La plateforme s'attaque désormais au secteur du luxe, notamment à Paris, au grand dam des palaces qui craignent la concurrence.

    A Paris, 400 appartements proposés par Airbnb se négocient à plus de 500 euros la nuit. Et pour les plus luxueux et les mieux situés d'entre eux, les prix peuvent dépasser 1 000 euros la nuit. Ces locations d'exception, alternative à l'hôtellerie haut de gamme, proposent également les services de chauffeurs, cuisiniers et femmes de chambre. Ils s'adressent à une clientèle fortunée habituée des palaces.

    Justement, les palaces parisiens voient d'un très mauvais oeil cette concurrence qui gagne rapidement du terrain. Surtout au moment où ils sont eux-mêmes confrontés à un recul de la clientèle étrangère en provenance du Moyen-Orient, de Russie et même des Etats-Unis.

    D'autant plus qu'à cette baisse liée à la conjoncture économique s'ajoute une incertitude à plus long terme : l'augmentation de l'offre avec l'ouverture ou la réouverture après travaux de plusieurs hôtels de luxe dans la capitale. Dans les années à venir, le taux d'occupation des palaces parisiens pourrait diminuer sensiblement. Déjà, il est passé de 78 % en 2008 à 70 % seulement en 2014.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.