GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 24 Août
Jeudi 25 Août
Vendredi 26 Août
Samedi 27 Août
Aujourd'hui
Lundi 29 Août
Mardi 30 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Economie

    L'embarras du Trésor américain face à la dévaluation du yuan chinois

    media Pékin a abaissé pour la deuxième fois en deux jours le taux de référence du yuan (renminbi) face au dollar. REUTERS/Jason Lee

    La Chine a abaissé jeudi 13 août de plus de 1% le taux de référence du yuan face au dollar, une forte réduction pour le troisième jour consécutif, accentuant de facto la dévaluation de sa monnaie. Une mesure radicale, mais efficace pour revigorer le commerce extérieur du pays. Aux Etats-Unis, où l’administration est embarrassée, les commentaires officiels se font rares.

    Le Trésor américain, embarrassé, ne se prononce pas sur la dévaluation de la monnaie chinoise, « il est trop tôt pour voir quelles seront les implications » de cette décision, estime le ministère des Finances.

    Mais un yuan faible n’est pas bon pour l’économie. Les exportations américaines ont déjà souffert de la hausse du billet vert par rapport à l’euro. C’est un nouveau problème qui surgit au moment où la campagne électorale pour la présidentielle vient de démarrer, et les élus de tous bords ne se sont en revanche pas privés de critiquer la décision de Pékin, rapporte notre correspondante à Washington, Anne-Marie Capomaccio.

    Démocrates et républicains fustigent un pays qui ne respecte par les règles, et met en péril les emplois aux Etats-Unis. L’attaque la plus virulente est venue du candidat à la primaire républicaine Donald Trump, qui ne manque pas une occasion de parler de la Chine. Cette dévaluation « sera dévastatrice pour l’économie américaine », selon le milliardaire.

    Pour Barack Obama, le moment choisi pour cette dévaluation du yuan n’est pas très opportun. Il reçoit en effet le président chinois à la Maison Blanche le mois prochain.

    Position délicate

    Marie-Françoise Renard, responsable de l'Institut de recherche sur l'économie de la Chine, explique que la position délicate des Etats-Unis sur le sujet est due au message que renvoie cette dévaluation à la communauté internationale. « En baissant le yuan, le gouvernement laisse entendre qu’il respecte la règle du marché. C’est toujours la Banque centrale qui a fixé le taux de change du yuan mais elle considère que puisqu’il y a une pression des marchés, on laisse évoluer la monnaie en fonction de ce que demandent les marchés », analyse la chercheuse.

    D’une certaine façon, les Etats-Unis sont pris à leur propre jeu, face à une Chine qui répond en partie à ses exigences. « A chaque fois que la Chine prend une mesure qui favorise ses exportations, il y a une réaction négative des Américains qui disent « notre propre commerce extérieur va être pénalisé ». Leur position actuellement est un peu plus délicate puisque la réponse de la Banque centrale chinoise peut être de dire « écoutez, là, on respecte la loi du marché en constatant que la monnaie doit être dépréciée donc on ne peut pas nous le reprocher »...

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.