GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 11 Décembre
Jeudi 12 Décembre
Vendredi 13 Décembre
Samedi 14 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 16 Décembre
Mardi 17 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Economie

    Grèce: dernière ligne droite pour le plan d’aide de 85 milliards

    media File d'attente devant un distributeur de billets à Athènes, le 29 juin 2015. REUTERS/Alkis Konstantinidis

    Les négociations sur le plan d'aide de quelque 85 milliards d'euros sur trois ans, dont le principe a été arrêté par les chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union européenne, sont entrées dans leur dernière ligne droite. Une réunion de l’Eurogroupe doit se tenir ce vendredi pour une approbation ou non des partenaires d'Athènes. Les sceptiques sont nombreux quant à la viabilité économique de ce plan. Parmi eux, l'ancien ministre des Finances grec Yanis Varoufakis estime que l’aide ne marchera pas vu la situation économico-financière du pays.

    L'économie grecque est à bout de souffle. Le pays sera en récession cette année et en 2016. L’activité économique s'est fortement ralentie depuis juillet à cause notamment de la mise en place du contrôle des capitaux qui limite les retraits bancaires et empêche pratiquement les virements à l'étranger. Le système bancaire, quant à lui, manque cruellement de liquidités. Les banques ont un besoin d’urgence de recapitalisation : au moins 15 milliards d’euros pour éviter des faillites en série. Depuis le début de l’année, 30 milliards d’euros ont quitté les banques grecques.

    Les autres indicateurs de l’économie sont dans le rouge. Les indices de productivité ont plongé tandis que le moral des entrepreneurs et des ménages est au plus bas ce qui pénalise la consommation, moteur essentiel pour la relance. A cela s'ajoute le poids de la dette, 175 % du PIB, qui, avec la nouvelle aide, va encore flamber. On voit donc mal comment la Grèce peut réussir satisfaire les exigences de ses créanciers.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.