GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Economie

    Aide à la Grèce: à quand la question de l'allègement de la dette?

    media Le Premier ministre grec Alexis Tsipras, à la tribune du Parlement grec à Athènes après une longue nuit de débat, le 14 août 2015. REUTERS/Christian Hartmann

    Vendredi 14 août 2015, les ministres des Finances de la zone euro ont approuvé le troisième plan d'aide à la Grèce. Mais faute d'accord sur ce point, ils ont repoussé à octobre la discussion qui ne peut manquer d'avoir lieu sur l'allègement de la dette grecque. Le Fonds monétaire international (FMI) en fait une condition à sa participation.

    La directrice générale du FMI Christine Lagarde ne s'est pas engagée sur la participation du Fonds au troisième plan d'aide à la Grèce. Elle a reporté la décision à l'automne, après l'avis de son conseil d'administration. En effet, le FMI conditionne son aide à la Grèce à un allégement de la dette du pays, estimant qu'elle est devenue insupportable et qu'Athènes ne parviendra pas à l'assumer par ses seules forces.

    Or, les Européens, Allemands en tête, s'ils tiennent absolument au concours du FMI dans les 86 milliards d'euros promis à la Grèce, ne sont pas favorables à un effacement de l'ardoise. Les créanciers de la Grèce vérifieront en octobre si la Grèce remplit bien ses engagements et, à ce moment-là seulement, ils envisageront de discuter d'un allégement de la dette.

    Allégement, mais pas effacement ; ce qui sous-entend un allongement de la durée des prêts et une réduction possible des taux d'intérêt. Mais pour Mario Draghi, président de la Banque centrale européenne (BCE), la question de savoir s'il faut restructurer la dette grecque est déjà dépassée. C'est inévitable. Le problème est plutôt de savoir comment le faire.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.