GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 21 Mai
Dimanche 22 Mai
Lundi 23 Mai
Mardi 24 Mai
Aujourd'hui
Jeudi 26 Mai
Vendredi 27 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Economie

    Airbus vend 250 avions à IndiGo pour 26 milliards de dollars

    media Les Airbus A320neo permettent une diminution de 15% de la consommation de carburant. AFP PHOTO / ERIC CABANIS

    IndiGo, la compagnie indienne à bas coûts, s'est engagée à acheter 250 avions de ligne A320neo à Airbus pour la somme de 26,5 milliards de dollars. Une vente record pour l'avionneur européen.

    Après presque un an de négociations, IndiGo va finalement acheter 250 avions de ligne à Airbus, pour un montant de 26,5 milliards de dollars (près de 24 milliards d’euros). Le constructeur européen n'a jamais vendu autant d'appareils en une seule transaction. Grâce à ce contrat, le leader européen dépasse désormais son rival américain Boeing.

    Le président d'IndiGo se dit satisfait. Cet investissement va lui permettre d'offrir des vols à bas coûts à un plus grand nombre de clients et sur plus de marchés. L'objectif de la compagnie indienne est de faire des économies. C'est pour cela qu'elle choisit des avions de type monocouloir, de la famille des A320neo, qui permettent une diminution de 15 % de la consommation de carburant. La première compagnie indienne en parts de marché est friande de ces avions. En 2005, elle en a déjà acheté 100. En 2011, elle détenait une flotte Airbus de 280 appareils.

    Un marché aérien indien en pleine expansion

    Ce contrat intervient sur un marché aérien indien en pleine expansion mais qui doit fait face à de nombreux défis. « Le marché indien est en train de se reconsolider. Les Indiens commencent à comprendre que le transport aérien est stratégique mais que ce n’est pas une raison pour le surtaxer, comme cela a été le cas par le passé », analyse pour RFI Jean-Louis Baroux, expert du transport aérien. « Les besoins du marché indien sont colossaux, poursuit-il. Le problème du marché indien, ce n’est pas tellement la demande, c’est qu’il faut qu’il y ait suffisamment d’aéroports et suffisamment bien fichus pour répondre à cette demande. »

    « Pour avoir un transport aérien efficace, il faut des compagnies qui marchent bien, il faut un contrôle aérien fiable et il faut des aéroports qui puissent accepter. L’un des problèmes de l’Inde c’est que sa capacité aéroportuaire est assez faible. Et la difficulté qu’il y a par rapport aux compagnies chinoises par exemple, c’est que le gouvernement chinois ne se pose aucune question lorsqu’il faut faire un aéroport : on envoie des bulldozers et on arrange tout ça. C’est beaucoup plus compliqué en Inde parce que les lois sont différentes et qu’elles protègent les propriétaires des terrains », explique encore Jean-Louis Baroux.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.