Etats-Unis: Shell autorisée à forer en profondeur en Arctique - Economie - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

Etats-Unis: Shell autorisée à forer en profondeur en Arctique

media Des militants de Greenpeace à bord de kayaks tentent de bloquer dans le port de Seattle, le 15 juin 2015, la plateforme de forage de Shell 'Polar Pioneer' en partance pour l'Arctique. AFP PHOTO / TIM EXTON

Malgré la contestation des écologistes, l'administration américaine a donné son feu vert définitif à la compagnie pétrolière Shell pour reprendre ses forages dans l'océan Arctique, une zone très vulnérable au changement climatique. Le groupe avait été contraint d'interrompre son exploration il y a trois ans à cause d'avaries techniques.

Si Shell a suspendu son programme d’exploration au nord de l'Alaska en 2012 à la suite de problèmes techniques liés à sa plate-forme de forage et à son navire-brise-glace, la compagnie n’a jamais eu l’intention d’abandonner son projet. Et cela malgré les cours bas du pétrole.

D’abord parce que les groupes pétroliers ne prennent jamais leur décision d’exploration sur la base du prix du baril à court terme. En Arctique, les délais entre le début des forages et la production sont de dix ans, le prix pourrait donc remonter d’ici-là. L'enjeu est aussi financier pour Shell. Depuis l’obtention de sa licence sous l’administration Bush, le groupe a dépensé dans ce programme plus de 6 milliards d’euros. Enfin, le sous-sol de l’Arctique est gorgé d’hydrocarbures. On estime qu’il contient 20 % des réserves de pétrole et de gaz non répertoriées de la planète.

Mais en accordant le permis de prospection à Shell, Barak Obama a provoqué la colère des écologistes. Il envoie surtout un mauvais signal avant la conférence de Paris sur le climat, la COP 21. L’Arctique est en effet menacé par le réchauffement climatique et la fonte des glaces y a triplé en dix ans. 

Chronologie et chiffres clés
Sur le même sujet
Commentaires

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.