GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 17 Février
Samedi 18 Février
Dimanche 19 Février
Lundi 20 Février
Aujourd'hui
Mercredi 22 Février
Jeudi 23 Février
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Débat télévisé entre Mélenchon, Hamon, Macron, Fillon et Le Pen le 20 mars sur TF1 (communiqué)
    • Autriche: la justice donne son feu vert pour l'extradition de l'oligarque ukrainien Firtach vers les Etats-Unis
    • La consommation intérieure brute d'énergie de l'UE est passée en 2015 sous son niveau de 1990 (Office de statistiques européen)
    • France: fermeture de l'un des derniers cercles de jeux parisiens, cinq hommes ont été interpellés (proche enquête)
    • Israël: le soldat Azaria condamné à dix-huit mois de prison pour la mort d'un Palestinien
    • Libye: les corps de 74 migrants découverts sur une plage non loin de Tripoli (Croissant-Rouge libyen)
    • La facture du Brexit sera «très salée» pour Londres, avertit Jean-Claude Juncker
    Economie

    Le Royaume-Uni mise 3 milliards d'euros sur l'EPR d'Hinkley Point

    media Hinkley Point C ne sera mis en service qu'en 2023, dans le sud-ouest du Royaume Uni. REUTERS/Suzanne Plunkett/files

    Le gouvernement britannique fournira une garantie de près de 3 milliards d'euros au projet de centrale nucléaire EPR d'Hinkley Point C en Angleterre. La décision a été officialisée par le chancelier de l'Echiquier, Georges Osborne, en visite de cinq jours en Chine. Cette garantie est une étape décisive pour un projet qui se fait attendre.

    Dans une actualité nucléaire morose, le soutien ferme de Londres au projet d'EPR d'Hinkley Point est une très bonne nouvelle. Pour le patron de la filiale d'EDF au Royaume-Uni, cette garantie est, en effet, un signe clair de l'engagement du gouvernement britannique dans ce marché qui réunit la Grande-Bretagne, la Chine et la France, et pour lequel les décisions d'investissement se font attendre.

    Londres a donné son feu vert, il y a deux ans, pour la construction de deux réacteurs EPR à Hinkley Point dans le sud-ouest de l'Angleterre. Et la semaine dernière, EDF a reconnu que leur mise en service pourrait être retardée.

    Le tour de table initial a, en effet, dû être modifié, notamment en raison des difficultés financières d'Areva qui devait investir quelque 10% dans ce programme estimé à 34 milliards d'euros.

    Aujourd'hui, EDF est contraint de prendre en charge au moins la moitié de l'investissement, le reste incombant aux deux groupes chinois, CGN et CNNC. Mais d'autres partenaires pourraient se joindre au projet une fois la décision finale d'investissement actée.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.