GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 15 Septembre
Dimanche 16 Septembre
Lundi 17 Septembre
Mardi 18 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 20 Septembre
Vendredi 21 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Economie

    Quand le leader mondial de la bière veut avaler le numéro 2

    media Un barman sert une bière pression du groupe AB InBev à Bruxelles, le 30 avril 2015. REUTERS/Yves Herman/Files

    Le numéro deux mondial de la bière, SABMiller, a rejeté mercredi 7 octobre une nouvelle offre de rachat de plus de 90 milliards d'euros présentée par son rival, le numéro un Anheuser-Busch InBev (AB InBev), visant à créer un mastodonte du secteur. Mais la partie n'est peut-être pas terminée.

    Ce serait un très beau mariage. Ce serait même le mariage du siècle. Le numéro un mondial de la bière qui mettrait la main sur son challenger direct. Le prétendant, c'est le groupe belgo-brésilien AB InBev, propriétaire entre autres de la marque belge Stella Artois, de l'Américaine Budweiser ou de la Mexicaine Corona.

    Le groupe convoité, c'est le Britannique d'origine sud-africaine SABMiller, qui distribue la Néérlandaise Grolsch, l'Américaine Miller, ou l'Italienne Peroni. SABMiller est particulièrement implanté dans les pays émergents. Connu en Europe également pour la bière tchèque Pilsner Urquell, SABMiller est un géant des pays émergents. Originaire d'Afrique du Sud où le groupe est né il y a 120 ans, SABMiller réalise notamment 28% de son chiffre d'affaires en Afrique.

    L'unité des actionnaires de SABMiller se fissure

    L'alliance des deux donnerait un géant véritablement mondial avec un chiffre d'affaires total de près de 60 milliards d'euros. Pour convaincre son dauphin, AB InBev a fait une offre qu'il a relevée deux fois depuis la mi-septembre pour arriver à plus de 90 milliards d'euros. Pour l'instant, c'est encore non. Le président du brasseur, Jan du Plessis, a estimé que AB InBev sous-évaluait « très substantiellement » son entreprise qu'il qualifie de « joyau de la couronne de l'industrie brassicole mondiale ».

    Le conseil d'administration de SABMiller se réunira dès que possible et fera connaître sa réponse. Mais la belle unité des actionnaires commence à se fissurer puisque le cigarettier Altria, propriétaire de Marlboro, qui détient plus du quart de SABMiller ne s'est pas prononcé contre le rachat : autrement dit, encore quelques tournées et les dernières résistances pourraient finir par céder.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.