GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 20 Juillet
Jeudi 21 Juillet
Vendredi 22 Juillet
Samedi 23 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 25 Juillet
Mardi 26 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Le Comité international olympique (CIO) a décidé dimanche 25 juillet de ne pas suspendre le comité national olympique russe (ROC) et de laisser les fédérations internationales statuer au cas par cas sur la participation des sportifs russes, au regard de critères très stricts, avant les Jeux de Rio.

    Economie

    Ce que pèse la Chine dans l’économie britannique

    media David Cameron, Premier ministre britannique, et Xi Jiping, président chinois, lors d'une conférence de presse commune à Londres, le mercredi 21 octobre. AFP PHOTO / SUZANNE PLUNKETT

    Le président chinois Xi Jinping poursuit une visite d'État en grande pompe au Royaume-Uni au cours de laquelle 40 milliards d’euros de contrats doivent être finalisés. Des accords juteux, qui viendront renforcer encore plus la présence chinoise au Royaume-Uni, déjà significative.

    « Les Chinois ont d'abord été impliqués dans des projets d'infrastructures à l'étranger comme simples fournisseurs. Désormais, il leur faut investir, développer et opérer les projets », déclarait voilà trois ans Lou Jiwei, patron de China Investment Corporation (CIC), devenu ensuite ministre des Finances de la République populaire de Chine. En 2012, ce fonds souverain chinois, dirigé alors par Lou Jiwei, a acquis 8,68 % des parts de la compagnie Thames Water, distributeur d'eau à Londres. Cette opération illustre bien l’intérêt que portent les Chinois au Royaume de Sa Majesté.

    Certes, sur les six premiers mois de 2015 le flux d’investissements s’est un peu tari, avec à peine 1,8 milliard de dollars investis par rapport aux 8 milliards de l’année dernière. Mais les accords conclus lors de la visite de Xi Jinping au Royaume-Uni ont permis remonter la barre.

    Immobilier, énergie et finance

    Première destination en Europe et huitième dans le monde, le Royaume-Uni attire fortement les investisseurs chinois. On retrouve parmi eux aussi bien l’Etat chinois que les fonds souverains ou les entreprises privées. Depuis 2005, ces acteurs ont placé au Royaume-Uni plus de 29 milliards de dollars, selon les chiffres avancés par The American Enterprise Institute.

    L'immobilier et la finance, respectivement à la première et la troisième place, sont les secteurs les plus plébiscités par les Chinois sur le marché britannique. Mais dans leur centre d'intérêt, il y a aussi l'énergie, deuxième secteur en termes d’investissements. Avec une population proche de 1,4 milliard et une classe moyenne grandissante, les besoins de la Chine en énergie sont, en effet, énormes. Le pays, en collaboration avec EDF notamment, a développé sa propre technologie nucléaire. La centrale de Hinkley Point C, dont la construction est prévue sur la côte de Somerset dans le sud-ouest de l’Angleterre, va constituer une belle vitrine de cette réussite chinoise.

    La centrale nucléaire de Hinkley Point C, dans le sud-ouest de l'Angleterre, en 2013. REUTERS/Suzanne Plunkett

    Tout y passe, de l’agroalimentaire aux métaux de base

    D’autres secteurs attirent les investissements chinois à travers des prises de participations ou des rachats d’entreprises. L’agroalimentaire, les transports, le tourisme, les commerces ou les infrastructures britanniques sont le réceptacle de ces investissements. Ainsi, en 2008 le fonds souverain chinois SAFE a pris une participation d'un peu moins de 1 % dans le capital de la compagnie pétrolière BP, en investissant un peu plus de 2 milliards de dollars. Ce fonds est l'Administration d'Etat des changes (SAFE), une émanation de la banque centrale chinoise qui gère la majeure partie des réserves de changes de la Chine. Voilà comment ses gardiens gèrent ses investissements.

    Autre exemple : l'acquisition en juin 2012 par la Bourse de Hong Kong du London Metal Exchange (LME). Une opération de 2,15 milliards de dollars qui a permis à l'acteur londonien de se rapprocher encore davantage des acheteurs asiatiques et en particulier de la Chine, premier pays consommateur de métaux de base. Une occasion unique également pour Pékin qu’il ne fallait surtout pas manquer.

    le président chinois Xi Jiping et la reine d'Angleterre, Elizabeth II, lors d'un banquet au palais de Buckingham, mardi 20 octobre 2015. REUTERS/Dominic Lipinski

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.