GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 24 Août
Jeudi 25 Août
Vendredi 26 Août
Samedi 27 Août
Aujourd'hui
Lundi 29 Août
Mardi 30 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Economie

    Economie chinoise: les laissés-pour-compte de la «nouvelle normalité»

    media Une société de revente d'acier dans le village de Xiaotun, en Chine. RFI/Heike Schmidt

    A partir de ce lundi, la direction du Parti communiste se réunit à Pékin pour son plénum annuel : les 300 plus hauts dirigeants se pencheront sur le 13ème plan quinquennal qui doit fixer les grandes lignes pour une économie en plein ralentissement. La croissance à tout prix doit laisser place à « une nouvelle normalité », plus tournée vers les services et la technologie. Dans le Hebei, province qui entoure Pékin, cette nouvelle normalité a un goût amer. Reportage.

    Avec notre envoyée spéciale à Tangshan, Heike Schmidt

    Entrepôts désaffectés, terrains vagues envahis par l’herbe sauvage et petits restaurants aux tables vides… Tangshan, la capitale de l’acier, n’est plus que l’ombre d’elle-même.

    Le boom immobilier est fini, l’Etat n’investit plus massivement dans les infrastructures. Du coup, l’usine Bao Ding, qui produit des rouleaux d’acier, tourne elle aussi au ralenti.

    « L’industrie de l’acier était très importante ici, témoigne un habitant. Je crois que la moitié de la population locale travaillait dans le secteur. Maintenant, tout le monde subit le déclin. De nombreuses usines ont été fermées, les gens ont dû trouver d’autres emplois, ou bien ils restent à la maison et ne font plus rien. L’acier était le moteur pour toute l’économie locale, les restaurants et tous les autres services sont affectés. »

    Les prix de l’acier sont au plus bas, et pour la première fois en 30 ans, la consommation intérieure est en recul. Mais le pire, se plaint ce revendeur d’acier, ce sont les surcapacités. « Il y a trop d’usines d’acier en Chine. J’ai lu que même si nous arrêtions la production, nous aurions encore assez d’acier pour les cinq ans à venir... »

    Aujourd’hui, 300 millions de tonnes d’acier sont stockées dans les entrepôts, et plombent davantage ce secteur en crise.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.