GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 24 Juin
Samedi 25 Juin
Dimanche 26 Juin
Lundi 27 Juin
Aujourd'hui
Mercredi 29 Juin
Jeudi 30 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Economie

    Zone euro: la reprise se poursuit, selon la Commission européenne

    media La Commission européenne prévoit une croissance économique modérée pour les deux ans à venir dans la zone euro, 1,8 % en 2016, 1,9 % en 2017. REUTERS/Kai Pfaffenbach

    La Commission Européenne a publié ce jeudi 5 novembre ses prévisions économiques. La reprise devrait se poursuivre en zone euro, mais à un rythme modéré en 2016 et en 2017. Le ministère français des Finances conteste les chiffres de la Commission européenne concernant le déficit de la France en 2017. Bruxelles s'attend à un déficit public français de 3,3% du PIB contre 2,7% dans la prévision française officielle.

    Avec une croissance de 1,8% prévue en 2016 contre 1,6% cette année, l’économie européenne reste sur une trajectoire de reprise. Selon les autorités de Bruxelles, trois facteurs vont contribuer à stimuler l’économie ; le faible niveau des prix du pétrole, la baisse du taux de change de l'euro et la politique monétaire accommodante de la Banque centrale européenne. En revanche, la croissance des exportations de la zone euro devrait ralentir en 2016, avant d'augmenter légèrement l’an prochain.

    Pour la première fois, la Commission européenne évalue l’impact de l’immigration sur l’économie. Elle considère que l’afflux des réfugiés pourrait avoir un léger impact positif à moyen terme du fait de l’augmentation de la main d’oeuvre pour les métiers sous tension.

    Sur le front du chômage, Bruxelles prévoit un léger recul pour les deux prochaines années, une situation qui concernera la majorité des pays de la zone euro. Quant à la France, la Commission ne croit pas au redressement des comptes public annoncé pour 2017 ; le déficit français ne reviendra pas sous la barre des 3% du PIB, comme Paris s'y est pourtant engagé. Une analyse que Bercy conteste.

    Paris estime que Bruxelles ne prend pas en compte toutes les économies prévues par le gouvernement français. Le ministre des Finances, Michel Sapin, a assuré que la France serait « au rendez-vous de ses engagements européens ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.