GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 20 Juillet
Jeudi 21 Juillet
Vendredi 22 Juillet
Samedi 23 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 25 Juillet
Mardi 26 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Economie

    Volkswagen: des salariés avouent avoir triché par peur de leur patron

    media L'ancien PDG de Volkswagen, Martin Winterkorn, le 5 mai 2015 à Hanovre. AFP PHOTO / JOHN MACDOUGALL

    Des employés de Volkswagen ont reconnu, dans un article paru ce week-end dans l'hebdomadaire allemand Bild am Sonntag, avoir enjolivé les performances des voitures du groupe. Une manipulation réalisée pour satisfaire le vœu pieux de l'ancien patron Martin Winterkorn d'aboutir en trois ans à une baisse sensible des émissions de CO2.

    Avec notre correspondant à Berlin, Pascal Thibaut

    La Corée du Nord sans les camps de travail. C'est ainsi que certains salariés ont qualifié le climat de terreur qui régnait au siège du constructeur automobile allemand Volkswagen, dans l'entourage de l'ancien PDG Martin Winterkorn. Le tout-puissant patron n'appréciait pas les critiques et les collaborateurs qui ne le satisfaisaient pas étaient remis à leur place, ou carrément remerciés.

    Terrorisés, certains ingénieurs ont préféré truquer les résultats pour éviter de contrarier le colérique Winterkorn. Ce dernier avait annoncé au salon de l'automobile de Genève en 2012, que Volkswagen allait réduire ses émissions de CO2 de 30 % d'ici 2015. Un objectif utopique comme l'a confié un ingénieur à l'hebdomadaire allemand Bild am Sonntag dans l'édition de ce week-end.

    Bienveillance politique

    Des pneus surgonflés ou un soupçon de gasoil dans l'huile du moteur, ce sont quelques-unes des astuces utilisées pour respecter de manière artificielle le mot d’ordre du patron. Les tests enjolivés ont été transmis à l'office fédéral chargé des véhicules, qui s’est contenté de vérifier sur le papier leur exactitude.

    Un exemple parmi d'autres qui prouve que Volkswagen a bien fauté, mais également que les contrôles manquaient considérablement de rigueur. Les responsables politiques faisant toujours preuve d'une bienveillance complice à l'égard de leur très chère industrie automobile.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.