GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 22 Mai
Lundi 23 Mai
Mardi 24 Mai
Mercredi 25 Mai
Aujourd'hui
Vendredi 27 Mai
Samedi 28 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Economie

    L'Europe et la tentation de ne compter que sur la BCE

    media Le président de la BCE rappelle souvent les gouvernements européens à leur devoir de mener des réformes et consolider les finances publiques pour faire repartir la croissance en Europe. L'action de la BCE ne fait qu'accompagner simplement ces efforts. REUTERS/Ralph Orlowski

    Le Français Benoît Coeuré, membre du directoire de la BCE, met en garde les pays de la zone euro dans une interview accordée à plusieurs grandS journaux européens. Les gouvernements européens ne doivent pas compter uniquement sur la Banque centrale européenne pour faire repartir la croissance, car sinon «cela va mal finir».

    Benoit Coeuré, membre du directoire de la BCE, prévient dans une interview au Figaro qu’il ne faut pas se reposer uniquement sur la BCE pour retrouver le dynanisme économique. Il exhorte les pays de la zone euro à mener des réformes structurelles et à réduire leurs dettes afin de faire repartir la croissance et l’emploi. Selon lui, le rôle de la BCE est d’accompagner ces efforts.

    Quant à un possible renforcement de sa politique monétaire accommodante, la Banque centrale européenne le décidera en décembre 2015. Une décision qu’elle prendra en fonction de l’économie réelle et non des marchés financiers. Depuis deux ans, la BCE a abaissé ses taux directeurs à des niveaux historiquement bas et mis à disposition des banques des prêts en grande quantité. Elle rachète chaque mois depuis mars 2015 quelque 60 milliards d'euros de dettes sur les marchés. Une politique qui n’a pas encore donné des résultats sur la hausse des prix.

    Le président de la BCE, Mario Draghi, s’est montré peu optimiste sur la perspective d’un retour durable d'une inflation acceptable dans la zone euro. Il met en cause la faiblesse persistante de l’économie européenne.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.