GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
Aujourd'hui
Dimanche 25 Août
Lundi 26 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Hong Kong: la police antiémeute a chargé les manifestants prodémocratie dans le quartier de Kwun Tong (journaliste AFP)
    • Spatial: le vaisseau «Soyouz» avec le premier robot humanoïde russe à son bord ne parvient pas à s'arrimer à l'ISS
    Economie

    La Réserve fédérale américaine relève ses taux directeurs

    media Janet Yellen préside la Banque centrale américaine depuis janvier 2014. REUTERS/Robert Galbraith/Files

    La Réserve fédérale américaine (Fed) a pris mercredi 16 décembre la décision historique de relever ses taux pour la première fois en près de 10 ans. Depuis l'éclatement de la crise financière, la Fed avait maintenu des taux très bas, entre 0 et 0,25%, afin de soutenir la reprise. La croissance étant revenue, le chômage ayant baissé, la banque centrale américaine a décidé qu’il était temps de changer de politique.

    Il y a sept ans, la Fed décidait de ramener à pratiquement zéro son principal taux directeur. Une décision sans précédent. Les circuits du crédit se bloquaient, les plus grandes banques étaient au bord de la faillite, le chômage s’envolait et la consommation s’effondrait. On redoutait la déflation, soit l’entrée dans un cycle infernal où l’anticipation de la chute des prix dissuade les consommateurs de consommer.

    Sept ans plus tard, le chômage est retombé à 5%, la croissance est de l’ordre de 2% à 3%, l’embauche est solide et la consommation progresse modestement.
    L’effondrement des prix de l’énergie maintient certes l’inflation à un niveau inférieur à l’objectif de la Fed, mais ce phénomène est jugé transitoire. En abandonnant son taux zéro, la Fed ne proclame pas la fin de tous les problèmes économiques américains, mais elle fait un premier pas vers la normalisation de sa politique monétaire.

    Encourager la confiance

    En relevant ses taux à 0,5 %, la Fed veut encourager la confiance. Elle se donne aussi une marge de manœuvre pour ajuster ses taux en cas de ralentissement, ce qu’elle ne peut pas faire s’ils oscillent autour de zéro. Les taux plus élevés encouragent aussi l’épargne, qui devient plus rentable. Mais tout est question d’équilibre, car les prix des crédits pour les ménages vont grimper, avec des conséquences sur l’immobilier ou l’automobile, des secteurs clés.

    Attirés par un meilleur rendement de leur placement, les investisseurs étrangers vont affluer. Là aussi, prudence. L’afflux d’investisseurs fait grimper la valeur du billet vert, avec des répercussions sur les exportations. C’est pourquoi Janet Yellen, la présidente de la FED, veut une politique monétaire accommodante et graduelle pour atteindre un taux de 1,4 % d’ici fin 2016.

    La Fed, présidée par Janet Yellen, a promis de ne poursuivre le relèvement de son taux directeur que si la conjoncture lui paraît toujours bien orientée, ce qui explique que le dollar ne flambe pas encore.


    Que sont les taux directeurs ?

    Ce « taux sur les fonds fédéraux » (Federal Funds Rate) détermine le loyer de l'argent à court terme, c'est-à-dire l'intérêt que les banques se facturent entre elles pour des prêts au jour le jour. Il influence tous les autres taux puisque les banques vont le répercuter sur les prêts, les cartes de crédit, les crédits immobiliers.
    Leur hausse ou leur baisse déclenche immédiatement un large éventail de réactions, affectant les taux à court et long terme des banques, les taux de changes ainsi qu'une foule d'indicateurs macro-économiques, dont l'emploi et les prix à la consommation.

    Pourquoi ajuster ces taux ?

    La Fed peut abaisser les taux pour encourager les dépenses et les investissements afin de stimuler l'économie, ou les augmenter afin d'éviter une surchauffe et une inflation jugée trop forte.

    Après une montée en flèche des prix en 1979-1980, la Fed avait ainsi porté son taux directeur à 20% afin de juguler l'inflation et de freiner l'économie américaine. Après le fort ralentissement de l'économie en 2000, suite à l'éclatement de la bulle internet, la Fed avait au contraire régulièrement réduit ses taux afin que le pays retrouve de la croissance. Mais en agissant ainsi, elle a contribué à faire gonfler la bulle immobilière.
    La dernière hausse des taux aux Etats-Unis remonte d'ailleurs à juin 2006 lorsque la Fed voulait calmer le marché immobilier qui éclatera deux ans plus tard avec la crise des prêts à risques subprimes.

    (Avec AFP)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.