GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 26 Août
Samedi 27 Août
Dimanche 28 Août
Lundi 29 Août
Aujourd'hui
Mercredi 31 Août
Jeudi 1 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Economie

    Royaume-Uni: procès des traders manipulateurs de taux interbancaires

    media Onze anciens salariés de Deutsche Bank, de Barclays et de la Société générale comparaissent ce lundi 11 janvier 2016 devant un tribunal londonien pour avoir manipulé manipuler l'Euribor, un taux interbancaire. REUTERS/Neil Hall

    Onze ex-traders comparaissent devant la justice britannique ce lundi 11 janvier. Ils sont soupçonnés d'avoir manipulé un taux interbancaire, l'euribor. Un scandale mondial qui fait écho à celui du libor, un autre taux interbancaire, pour lequel un trader a déjà écopé de 11 ans de prison l'année dernière et pour lequel les banques ont déjà déboursé des milliards de dollars d'amendes.

    Les prévenus travaillaient pour Barclays ou encore Deutsche Bank et même la Société Générale en France. Ils sont accusés d'avoir manipulé un taux de référence interbancaire, l'euribor, dédié aux échanges entre les banques de la zone euro. C'est la version européenne du libor, l'autre taux interbancaire au coeur d'un scandale qui a déjà permis la condamnation d'un ex-employé d'UBS et de Citigroup, à 11 ans de prison l'année dernière, pour avoir joué «un rôle moteur» dans cette fraude.

    Une fraude qui a pris une ampleur mondiale, puisqu'une multitude de produits financiers dépendent de ces taux y compris des crédits accordés aux particuliers et aux entreprises. C'est dire l'importance de ces taux dans les transactions bancaires de la vie courante. Selon le Wall Street Journal, les échanges dépendant du libor et de l'euribor pourraient atteindre les 600 000 milliards de dollars par an, soit dix fois le PIB mondial annuel.

    Les premières banques visées ont déjà été lourdement condamnées. La banque britannique Barclays est en première ligne et elle a accepté de verser 94 millions de dollars aux Etats-Unis pour mettre fin à la procédure judiciaire. Côté français, la BNP Paribas, la Société Générale et le Crédit Agricole sont également visées.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.