GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 26 Juillet
Mercredi 27 Juillet
Jeudi 28 Juillet
Vendredi 29 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 31 Juillet
Lundi 1 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Economie

    L’action Renault dégringole à la Bourse après des perquisitions

    media L'action Renault a décroché jeudi midi à la Bourse de Paris après l'annonce d'une «perquisition» des autorités françaises de la concurrence la semaine dernière sur plusieurs sites du constructeur automobile. REUTERS/Jean-Paul

    L'action du constructeur automobile Renault s'est effondrée ce 14 janvier à la Bourse de Paris entraînant l'ensemble du secteur. A l'origine de cette dégringolade, des perquisitions de la répression des fraudes sur plusieurs sites du constructeur français. 

    Après une matinée de ce qu'il faut bien appeler un mouvement de panique, Renault a finalement confirmé les informations de la CGT. Dans un tract, le syndicat expliquait que des agents de la répression des fraudes étaient intervenus la semaine dernière sur plusieurs sites, dont le siège de Boulogne-Billancourt et le technocentre de Guyancourt, important centre d'ingénierie du constructeur. Toujours selon le syndicat, les ordinateurs de plusieurs directeurs ont été saisis. Les secteurs concernés, homologation et mise au point des contrôles moteur, laissent fortement penser que ces perquisitions sont liées aux conséquences de l'affaire des moteurs truqués de Volkswagen.

    En cours de séance à la Bourse de Paris, l'action Renault a perdu a un moment plus de 20% de sa valeur, entraînant dans sa chute, mais dans une moinde mesure, l'action PSA Peugeot-Citroën. l'autre grand constructeur français qui précise de son côté  ne pas avoir été perquisitionné. Les équipementiers du secteurs, comme Valeo, ont eux aussi été atteints pas cette baisse qui s'est étendue à toute l'Europe. A Francfort, les valeurs automobiles allemandes étaient elles-aussi en baisse ce jeudi 14 janvier.

    Après le scandale Volkswagen, des tests ont été effectués en France à la demande de la ministre de l'écologie Ségolène Royal. Renault affirme qu'ils n'ont permis de détecter aucun logiciel truqueur dans ses moteurs.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.