GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 22 Juillet
Samedi 23 Juillet
Dimanche 24 Juillet
Lundi 25 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 27 Juillet
Jeudi 28 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Economie

    Jeudi noir pour Renault, rattrapé par la crainte d'un scandale

    media «Il ne s'agit en aucun cas d'une situation comparable à celle de Volkswagen», qui avait délibérément truqué ses moteurs, a souligné de Berlin le ministre français de l'Economie Emmanuel Macron. REUTERS/Vincent Kessler

    L'Etat français, premier actionnaire du constructeur automobile Renault, est monté au front, ce jeudi 14 janvier, après la révélation de perquisitions, la semaine dernière, au siège du constructeur et dans ses principaux centres d'ingénierie par des agents de la répression des fraudes. La nouvelle a fait dégringoler le titre Renault de 10% à la Bourse de Paris et plusieurs ministres ont dû prendre la parole pour calmer les marchés.

    Si les premiers tests montrent bien que certaines Renault dépassent les normes de pollution en vigueur, aucune fraude n'est avérée selon la commission d'enquête mise en place en France après le scandale des moteurs truqués de Volkswagen. La ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal, a fait connaître elle-même ces conclusions, au terme d'une journée noire pour le constructeur automobile Renault.

    L'annonce en fin de matinée de perquisitions menées par la répression des fraudes dans plusieurs sites du constructeur français a fait dégringoler le titre Renault de 10%  à la Bourse de Paris. Renault a d'ailleurs entraîné dans sa chute, mais dans une moindre mesure, l'action PSA Peugeot Citroën. L'autre grand constructeur français précise ne pas avoir été perquisitionné. Les équipementiers du secteur, comme Valeo, ont eux aussi été touchés par cette baisse, qui s'est étendue à toute l'Europe. A Francfort, les valeurs automobiles allemandes étaient, elles aussi, en baisse ce jeudi et notamment Volkswagen. En déplacement justement à Berlin, le ministre de l'Economie Emmanuel Macron a expliqué que les situations des deux constructeurs ne sont absolument pas comparables.

    Pas de fraudes, mais des dépassements des normes de pollution bien réels

    Si Renault s’est défendu d'avoir truqué ses moteurs, le constructeur est loin d'être irréprochable. L'enquête de la commission indépendante dévoile des dépassements de normes pour le CO2 et le dioxyde d'azote de la part du constructeur français. Le laboratoire missionné par la commission a testé, depuis octobre, 22 véhicules, de huit marques différentes. Les quatre modèles testés chez Renault, sur un total de 25 à venir, dépassent très largement les seuils autorisés.

    Selon le député écologiste Denis Baupin, membre de cette commission, les dépassements observés lors de ces tests sont « au moins d'un facteur 3 à 5 » par rapport aux normes en vigueur.

    Le constructeur automobile français a reconnu la nécessité d'améliorer les niveaux de CO2 et de dioxyde d'azote. Après le scandale Volkswagen, Renault avait annoncé en décembre dernier un plan d'investissement de 50 millions d'euros pour de nouveaux systèmes de dépollution de ses véhicules.

    Le constructeur devra dans tous les cas s'expliquer devant la commission d'enquête la semaine prochaine.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.