GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 17 Octobre
Jeudi 18 Octobre
Vendredi 19 Octobre
Samedi 20 Octobre
Aujourd'hui
Lundi 22 Octobre
Mardi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • La Jordanie veut reprendre des territoires «prêtés» à Israël en vertu de l'accord de paix de 1994
    • «Caravane de migrants»: des milliers de Honduriens ont repris leur marche vers les Etats-Unis depuis le Mexique (AFP)
    • La Cour suprême des Maldives confirme la défaite électorale du président Abdulla Yameen
    • Mort de Jamal Khashoggi: les explications de l'Arabie Saoudite ne sont «pas crédibles», selon Londres
    • Bébés nés sans bras de l'Ain: le gouvernement français lance une nouvelle enquête (Buzyn)
    • RDC: au moins 12 morts après une nouvelle attaque à Béni
    • Le retrait américain du traité nucléaire avec la Russie est un «pas dangereux» (Moscou)
    • Politique française: Laurent Wauquiez (LR) juge Emmanuel Macron «déconnecté» de la réalité de ses concitoyens (Le Parisien)
    Economie

    Plan pour l'emploi: la dernière bataille de François Hollande?

    media François Hollande était le 18 janvier devant le Conseil économique, social et environnementale pour dévoiler les mesures de son plan d'urgence pour l'emploi.(Photo d'illustration datée du 11 janvier 2016) Reuters/Patrick Kovarik/Pool

    L'emploi est «la seule question qui vaille au-delà de la sécurité des Français». C'est ce qu'a dit François Hollande ce 18 janvier au moment de la présentation de son plan d'urgence pour l'emploi. Le chef de l'état a présenté une série de mesures volontaristes et libérales pour lutter contre le chômage. Plus de deux milliards d'euros seront dégagés.

    «Trois ans d'efforts engagés ont été insuffisants pour faire baisser le chômage durablement», a reconnu François Hollande. Il faut faire plus, être plus volontariste. Il faut redéfinir notre modèle économique et social avec deux objectifs : plus de liberté pour les entreprises et les salariés, plus de sécurité aussi. Pour les entreprises de moins de 250 salariés qui recruteront un salarié en CDI ou en CDD de plus de 6 mois, il y aura une prime de 2 000 euros par an, ce qui permettrait de perenniser tout le système de Crédit d'impôt compétitivité emploi (CICE). 

    Autre point majeur, il y aura 500 000 formations de demandeurs d'emploi. Les besoins précis seront  identifiés par région, par bassin d'emploi avec un suivi mensuel des programmes de formation. Et bien sûr aussi un coup de pouce à l'apprentissage. Le gouvernement  va élargir l'offre et les périodes de formation, afin de permettre des entrées dans cette filière tout au long de l'année, a précisé le président, confirmant ce qu'avait évoqué la ministre du Travail, Myriam El Khomri.

    Et un coup de pouce notable à l'entreprenariat avec un nouveau régime créé et des avantages fiscaux pour les nouveaux entrepreneurs. Face à cette urgence économique et sociale, l'Etat met les moyens : deux milliards d'euros. «Ce qui compte, avant tout, c'est de faire les réformes attendues, sans autre question que leur utilité et leur pertinence», allusion bien sûr à 2017 et à la fin du quinquennat de François Hollande.

    Les réactions sont multiples

    Il y a ceux qui s'opposent. Pour Pierre Laurent (PCF), « Il y a une incohérence majeure dans le discours du président de la République, c'est qu'il y a en vérité zéro garantie offerte aux salariés en matière de création d'emplois ». Dans un tweet, Christian Paul, député PS frondeur, indique, lui, que « l'ultime "plan" contre le chômage n'est ni suffisant, ni différent. Une seule certitude: la baisse des protections des salariés. » Même tonalité chez Clémentine Autain (Ensemble) : « Avant, la gauche voulait sécuriser l'emploi. Aujourd'hui Hollande veut sécuriser les licenciements. Cherchez l'erreur. »

    Il y a aussi le Front national, qui dans un communiqué, dit que « ce plan n'est sur le fond qu'une compilation de mesures déjà annoncées des dizaines de fois depuis des mois, faisant appel aux mêmes vieilles recettes totalement inefficaces des gouvernements UMP et PS. »

    De son côté, le parti socialiste (PS) « appuie les mesures en faveur de l'apprentissage qui est une voie clé pour trouver un emploi durable. L'aide à la création ou la reprise de TPE peut permettre, là encore, de créer de nombreux emplois. Mais ces mesures pour être efficaces, nécessitent un travail au plus près du terrain - régions, départements, bassins d'emploi - et requiert l'engagement de tous. » Eric Ciotti (LR), lui, voit dans cette annonce « une ultime tentative de François Hollande pour masquer la faillite de sa politique et sauver sa candidature à l'élection présidentielle de 2017, qu'il a lui-même liée à une inversion de la courbe du chômage. » Enfin, pour le patron du Medef, Pierre Gattaz, « ces mesures vont dans le bon sens, il faut les appliquer le plus vite possible, [...] nous sommes comme Saint Thomas d'Aquin, nous attendons maitenant de voir des mesures concrètes après ces bonnes déclarations d'intention ».

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.