GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 26 Septembre
Mardi 27 Septembre
Mercredi 28 Septembre
Jeudi 29 Septembre
Aujourd'hui
Samedi 1 Octobre
Dimanche 2 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Economie

    L’Iran veut acheter des Airbus

    media Le ministère des Transports iranien a annoncé la commande de 114 Airbus, le 17 janvier 2016. Reuters

    Avec la levée des sanctions économiques qui ont frappées l'Iran pendant plusieurs années, Tehéran veut relancer les investissements et renouer avec la croissance. Le ministre iranien des Transports, Abbas Akhoundi, a déclaré vouloir acheter 114 avions civils Airbus.

    C’est un contrat qui pourrait rapporter à Airbus plus de 9 milliards d’euros. Mais si l’Iran veut acheter 114 Airbus, l’avionneur européen affirme qu’aucune négociation commerciale n’a été entamée. Les entreprises occidentales qui souhaitent revenir en Iran savent qu’elles vont devoir surmonter de nombreux obstacles. Les banques iraniennes sont lourdement endettées, le système juridique aléatoire et la corruption encore trop présente.

    De plus, si l’Iran ne respecte pas ses engagements sur le nucléaire, les relations commerciales risquent à nouveau de péricliter. Toujours est-il que l’Iran est une manne pour les entreprises. Avec 80 millions d’habitants et un produit intérieur brut de 400 milliards de dollars, c’est un des plus gros marché à conquérir depuis l’éclatement de l’ex-Union soviétique il y a vingt-cinq ans.

    Pour payer ses importations, le pays pourra compter sur plusieurs milliards d'actifs gelés par les Américains et sur l'augmentation de ses exportations de pétrole. Téhéran veut ainsi attirer 30 à 50 milliards de dollars d'investissements étrangers d’ici cinq ans pour porter sa croissance à 8% alors qu'elle est actuellement autour de zéro.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.