GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 26 Août
Samedi 27 Août
Dimanche 28 Août
Lundi 29 Août
Aujourd'hui
Mercredi 31 Août
Jeudi 1 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Economie

    Le FMI revoit ses prévisions à la baisse

    media Le Fonds monétaire international révise ses perspectives économiques mondiales pour les deux prochaines années au moment où la Chine annonce sa pire croissance (6,9%) depuis un quart de siècle. REUTERS/Yuri Gripas/Files

    Le Fonds monétaire international abaisse ses prévisions économiques pour 2016 et 2017. Principale raison de ce pessimisme, la situation périlleuse de nombreux pays émergents, ainsi que le ralentissement chinois.

    L'enjeu est de taille : les pays émergents pèsent pour plus de 70% dans la croissance mondiale, note le FMI. Si ces pays souffrent d'un ralentissement généralisé, c'est toute l'activité planétaire qui s'en ressent.

    La Chine vient d'engager une sérieux rééquilibrage de son économie vers davantage de services et de consommation. Le recul des exportations et des importations chinoises conjugué à la baisse de l'investissement et de l'activité manufacturière provoque l'inquiétude des marchés financiers. Toutefois, la prévision sur la Chine reste inchangée, 6,3% en 2016 et 6% l'année suivante.

    L'autre transition importante à surveiller, c'est la sortie progressive de la Réserve Fédérale américaine du programme de politique monétaire accommodante, alors que les Banques centrales de plusieurs autres grands pays avancés la poursuivent. C'est notamment le cas de la BCE.

    La croissance américaine devrait atteindre cette année les 2,1%, et celle de la zone euro devrait rester stable autour des 1,7%. L'Europe, où le risque de déflation est toujours présent et où la crise des migrants pose un problème pour un marché du travail déjà au ralenti.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.