GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 5 Décembre
Mardi 6 Décembre
Mercredi 7 Décembre
Jeudi 8 Décembre
Aujourd'hui
Samedi 10 Décembre
Dimanche 11 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Economie

    Emmanuel Macron à Davos: «C’est terminé le French bashing»

    media Au Forum économique mondial, le ministre français de l'Economie est comme un poisson dans l'eau. Davos, ce vendredi 22 janvier 2016. REUTERS/Ruben Sprich

    La France est fortement représentée cette année sur le plan politique au Forum économique mondial de Davos du 20 au 23 janvier. Jeudi 21 janvier, le Premier ministre Manuel Valls est venu défendre les réformes françaises. Le lendemain, c'était au tour de son ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, de prendre le relai.

    Emmanuel Macron signe sa première participation au Forum économique mondial de Davos. Le constat du patron de Bercy est clair : le regard sur la France a changé.

    « C’est terminé le "French bashing"  [dénigrement de la France]. Mais après il ne faut pas non plus considérer qu’on sombre dans l’euphorie », a affirmé Emmanuel Macron. « Si nous n’allons pas au bout des réformes, nous n’avons pas de crédibilité pour convaincre d’autres partenaires. Il faut relancer l’investissement. Je crois qu’ils ont un discours qui est beaucoup moins caricatural que celui qu’on pouvait avoir il y a deux ou trois ans. »

    « Un pays qui interdit Uber »

    Même si les investisseurs sont « beaucoup moins critiques » qu’auparavant, « on entend encore que c’est un pays qui interdit Uber ». Pour le ministre, aucune discussion : l’accusation est fausse. « Paris est le deuxième marché d’Uber en Europe et il y aura encore des grèves de taxis. Mais enfin, il y en a eu des plus violentes à New York et il y en a eu à San Francisco », a justifié le ministre de l’Economie.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.