GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 20 Juillet
Jeudi 21 Juillet
Vendredi 22 Juillet
Samedi 23 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 25 Juillet
Mardi 26 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Une semaine après le coup d'Etat raté en Turquie, l'ONG de défense des droits de l'homme Amnesty International affirme dans un communiqué publié ce dimanche avoir réuni des «preuves crédibles» attestant de cas de tortures de détenus dans des centres de détention du pays. L'ONG évoque notamment des privations de nourriture et d'eau, des injures, menaces et, «dans les cas les plus graves», coups, tortures et viols.

    Economie

    Google rattrapé par le fisc britannique

    media Le géant américain de l'internet Google va payer 130 millions de livres (172 millions d'euros) d'arriérés d'impôts au Royaume-Uni. REUTERS/Neil Hall

    Le géant américain de l'internet Google va payer 172 millions d'euros d'arriérés d'impôts au Royaume-Uni après une enquête du fisc britannique sur ses arrangements fiscaux. C'est le résultat d'une enquête de six ans. Google fait partie d'un groupe de plusieurs multinationales dans le collimateur des autorités européennes pour leurs pratiques d'« optimisation » fiscale.

    Google a enregistré plus de 22 milliards d'euros de chiffre d'affaires au Royaume-Uni entre 2005 et 2013. Mais grâce à l'implantation de son siège européen en Irlande, pays plus accommodant sur le plan fiscal, le géant américain y payait peu d'impôts.

    Après six ans d’enquête, le fisc britannique est parvenu à un accord avec Google qui, outre le rattrapage de 172 millions d'euros de taxes, va à partir de maintenant acquitter au Royaume-Uni un montant d'impôts plus conformes à la réalité de son activité économique dans le pays.

    C'est, selon le ministre britannique des Finances George Osborne, une victoire dans la lutte engagée par les pays européens contre les arrangements fiscaux des multinationales.

    D'autres multinationales vont devoir suivre le même chemin. Déjà Apple a dû payer 318 millions d'euros au trésor italien, pour les mêmes raisons et Amazon va déclarer plus de bénéfices et donc payer plus d'impôts en Allemagne. Des enquêtes ont également été ouvertes sur les avantages fiscaux dont bénéficie la chaine de cafés Starbucks aux Pays-Bas.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.