GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 7 Décembre
Jeudi 8 Décembre
Vendredi 9 Décembre
Samedi 10 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 12 Décembre
Mardi 13 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Economie

    France-Iran, les affaires reprennent

    media Plusieurs contrats devraient être signés lors de la visite d’Hassan Rohani (photo) en France. REUTERS/President.ir

    A peine 12 jours après la levée des sanctions internationales, le président iranien Hassan Rohani entame ce mercredi une visite de deux jours à Paris. Il est à la tête d’une importante délégation d’hommes d’affaires, une centaine de patrons de tous les secteurs. Et des accords commerciaux devraient être signés à Paris.

    Il y a du retard à rattraper. Les sanctions internationales ont fait passer les échanges franco-iraniens de 4 milliards d'euros en 2004 à 500 millions en 2013. Aujourd’hui, l’Iran, avec une population de 80 millions d’habitants, riche en pétrole et en gaz, représente un marché stratégique et d’énormes avantages : « Main d’œuvre qualifiée, bons ingénieurs, et énormes besoins d’investissements dans tous les secteurs comme les infrastructures, l’énergie, le développement humain, le tourisme, le transport, la santé, la sécurité ou l’agriculture », estime Pierre Gattaz, le président du Medef, le patronat français.

    Les enjeux sont donc de taille pour les entreprises françaises. Lors de la visite d’Hassan Rohani, plusieurs contrats devraient être signés dont notamment celui qui porte sur l’achat de 114 avions Airbus. Il y a aussi celui qui concerne le développement des aéroports iraniens. Et dans le secteur automobile, des accords avec Renault et PSA seront probablement conclus. Les deux groupe français s’impatientent de retourner en Iran, un marché qui pourrait atteindre à terme 2 millions de voitures par an.

     → A (RE)LIRE : Un rapprochement entre la France et l’Iran est-il vraiment possible?

    Hassan Rohani s'entretiendra dès ce mercredi soir avec une vingtaine de chefs de grandes entreprises françaises à son hôtel. Demain, en compagnie du Premier ministre Manuel Valls, il participera aux rencontres économiques organisées par le Medef. Une occasion pour les entreprises françaises de témoigner de leur expertise et de leur savoir-faire, et d’échanger avec les entreprises iraniennes présentes.

    Défis à relever

    Mais si la levée progressive des sanctions est une opportunité pour les entreprises françaises, celles-ci doivent relever des défis importants.

    D’abord la concurrence, et elle sera rude. La Chine, la Russie, la Turquie ou l’Inde n’ont jamais quitté l’Iran. Les entreprises italiennes, allemandes et américaines ne doivent pas être négligées non plus.

    Il y a aussi les problèmes juridiques et financiers. Les grandes banques françaises qui ont des intérêts aux Etats-Unis, ne semblent pas prêtes à financer tout de suite de grands projets. Les amendes infligées par le Trésor américain à BNP Paribas ou au Crédit agricole l’an dernier pour violation de l’embargo iranien sont encore dans les mémoires. Et ces banques craignent le risque d'un retour des sanctions en cas de non-respect par l’Iran de l'accord sur le nucléaire.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.