GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 20 Août
Dimanche 21 Août
Lundi 22 Août
Mardi 23 Août
Aujourd'hui
Jeudi 25 Août
Vendredi 26 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Economie

    France: pour assurer les contrats d'armement, la DGA devra embaucher

    media O chefe de estado francês assina contrato de compra de 36 caças Rafale. REUTERS/Hamad I Mohammed

    En France, la Direction générale de l'armement (DGA), l'agence publique qui encadre les grands programmes d'armement, présentait mercredi 10 février son bilan d'activité pour 2015. Une année très fortement marquée par les ventes de matériel de guerre français à l'étranger, qui ont représenté de l'ordre de 16 milliards d'euros.

    « Un record historique », assure le directeur de la DGA, Laurent Collet-Billon, qui affirme que cela va continuer, mais que l'agence va devoir recruter des ingénieurs, tant elle est impliquée aux côtés des industriels dans la réalisation des contrats. Il espère 160 postes supplémentaires cette année, et vise 500 créations à terme. La DGA emploie en 2016 près de 9 700 fonctionnaires en France et à l'étranger.

    « On a deux phénomènes qui se conjuguent, explique le patron de la DGA. L'augmentation du chiffre des exportations, 16 milliards, et on aura la même chose en 2016 au moins. Et ensuite, le fait que le partenariat n'est pas simplement un partenariat militaire. C'est un partenariat d'ordre technique et industriel le plus souvent. Et ça, ça va mériter très certainement le renforcement des équipes de la DGA dans ce domaine. »

    Exporter du matériel de guerre n'est pas seulement livrer des armes. Les clients sont de plus en plus exigeants. L'Australie voudrait adapter de l'armement américain sur des sous-marins français Scorpène, et les Emirats arabes unis (EAU) souhaitent acquérir un Rafale profondément modifié. « Les EAU demandent des évolutions du Rafale par rapport à celui dont nous disposons aujourd'hui qui sont des évolutions très significatives en terme de performances. Et il est évident que ces performances intéresseront également l'armée de l'air française », poursuit Laurent Collet-Billon.

    La DGA reconnait qu'elle prend désormais en compte les chances d'exportation des matériels dès leur conception. Ainsi, quand elle lance un programme de frégate de taille intermédiaire (FTI) de 4 000 tonnes, c'est pour répondre aux besoins français. Mais aussi aussi parce que c'est le type de navire de guerre qui se vend le mieux dans le monde.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.