GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 27 Juin
Mardi 28 Juin
Mercredi 29 Juin
Jeudi 30 Juin
Aujourd'hui
Samedi 2 Juillet
Dimanche 3 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Economie

    Pétrole: accord pour un gel de la production à Doha

    media Ce mardi 16 février, réunion confidentielle à Doha au Qatar pour trouver une solution pour réduire l’offre mondiale de pétrole afin de soutenir les cours du brut. REUTERS/Sergei Karpukhin/Files

    Les cours du pétrole sont en légère hausse ce mardi 16 février sur les marchés en raison d’un accord négocié entre le Qatar, l'Arabie saoudite, la Russie et le Venezuela pour geler leur production à son niveau du mois de janvier.

    Les ministres du pétrole de quatre grands pays producteurs ont décidé ce mardi matin à Doha de geler la production du brut à son niveau de janvier. L’Arabie saoudite espère que cet accord sera adopté maintenant par les pays membres et non membres de l’OPEP. C’est la condition pour stabiliser le marché du pétrole.

    La Russie, premier producteur au monde, a longtemps refusé de baisser sa production expliquant que son pétrole restait compétitif quel que soit le cours du baril. L'Arabie saoudite qui, jusque là, privilégiait aussi le maintien de sa part de marché, était sur la même position. Une attitude suicidaire qui a fait que le cours du baril de brut a perdu plus de 75% en 18 mois, soit le plus bas niveau jamais atteint en 12 ans, expliquait ce mardi matin notre correspondante à Riyad, Clarence Rodriguez.

    Autre conséquence : de nombreux pays producteurs à l'instar de la Russie ou du Venezuela se retrouvent dans une situation économique critique. En décembre dernier, en Arabie saoudite, le roi Salman a dû prendre des mesures drastiques et augmenté les prix de l’essence, de l’eau, et de l’électricité entre autres.

    Convaincre l'Irak et l'Iran

    Il faut désormais convaincre deux autres grands producteurs qui souhaitent augmenter leur production cette année : l'Irak et surtout l'Iran, de retour sur le marché international après la levée de l'embargo à la mi-janvier. Le ministre vénézuélien du pétrole se rend demain à Téhéran pour des discussions avec son homologue iranien.

    Les cours du pétrole ont chuté de près de 70% depuis la mi 2014. A l'origine de cet effondrement, une offre mondiale excédentaire et des économies qui ne parviennent plus à absorber cet excédent, àl 'image de la Chine dont l'activité s'essouffle.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.