GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 20 Avril
Samedi 21 Avril
Dimanche 22 Avril
Lundi 23 Avril
Aujourd'hui
Mercredi 25 Avril
Jeudi 26 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent
    Football: le FC Liverpool s'impose 5-2 en demi-finale aller de la Ligue des champions contre l'AS Roma
    Dernières infos
    • Grève SNCF: l'invitation à Matignon, «un recul du gouvernement à mettre au crédit» de la mobilisation (syndicats)
    • Nucléaire iranien: Trump veut un nouvel accord avec des fondations «solides»
    • La Corée du Nord doit «éliminer» son arsenal nucléaire (Trump)
    • Macron souhaite avec Trump «pouvoir travailler à un nouvel accord avec l'Iran», à plus long terme
    • Arménie: l'opposant Pachinian se dit «prêt à diriger le pays» (conférence de presse)
    • Israël: le gouvernement annule son plan d'expulsion de migrants africains
    Economie

    France: les indemnités des chômeurs dans le collimateur de l’exécutif

    media Les partenaires sociaux ont rendez-vous ce lundi 22 février pour rouvrir l'épineux dossier de l'indemnisation du chômage. (photo: Pôle emploi Nice) REUTERS/Eric Gaillard

    Les négociations sur l'assurance chômage s'ouvrent ce lundi 22 février. Les organisations syndicales et patronales doivent renégocier les règles avant l'été, l'actuelle convention court jusqu'au 1er juillet. Il ne reste donc plus que quelques mois pour redéfinir les règles et les comptes sont dans le rouge.

    Il y a urgence. Le chômage en France bat des records, et la dette de l'organisme qui gère l'assurance chômage frôle les 26 milliards d'euros. Un trou qui pourrait atteindre près de 30 milliards fin 2016.

    L’objectif du gouvernement est clair : redresser les comptes. L’exécutif souhaite que les négociateurs planchent sur trois leviers : le taux de contribution des salariés et des employeurs, le niveau des allocations et la durée d’indemnisation.

    Plusieurs ministres défendent la piste d’indemnités dégressives. L’idée est de baisser les allocations au fur et à mesure, pour inciter les chômeurs, à reprendre un travail rapidement. Alors qu’aujourd’hui, le montant des allocations reste le même, jusqu’à la fin des droits.

    Une mesure décriée par les syndicats qui évoquent une double peine pour les chômeurs. Des syndicats qui rappellent, également, que la dégressivité, méthode appliquée dans les années 1990 n'a pas été concluante. Une étude de l'Insee a montré que le retour à l'emploi, a été, au contraire, retardé. Car les plus diplômés ont accepté des emplois, généralement occupés, par des personnes moins qualifiées.

    La piste de la dégressivité

    Le Medef affiche sa volonté d'une réforme structurelle de l'assurance chômage, mais reste discret sur la méthode. Outre la dégressivité, le patronat préconise de repousser de 50 à 55 ans, l'âge à partir duquel un salarié qui perd son emploi a droit à trois années maximum d'indemnisations chômage.

    La CGPME, l'organisation des petites et moyennes entreprises, veut, pour sa part, durcir les conditions d’accès à l’assurance-chômage, en demandant aux chômeurs d’avoir travaillé huit mois, contre quatre actuellement.

    Cibler les contrats courts

    Pour les syndicats, il ne faut pas pénaliser les chômeurs, mais renflouer les caisses de l'assurance chômage. Parmi les recettes envisagées : augmenter les cotisations des entreprises qui multiplient les contrats courts. Les contrats à durée déterminée sont en effet très coûteux pour l’assurance chômage. Il faut donc augmenter leurs cotisations. Alors que les entreprises qui recrutent des salariés en CDI, en contrat en durée indéterminée, doivent voir leurs cotisations baisser.

    La CFDT veut également taxer les employeurs qui se séparent des salariés seniors. La CGT, pour sa part, plaide pour un allongement de la durée maximale d'indemnisation, jusqu'à cinq ans, pour les seniors.

    La négociation doit se conclure avant l’été. Le gouvernement prendra la plume et décidera faute d’accord. Des mesures par décret... et comme l'a souligné Stéphane Lardy, chargé de l'emploi à Force ouvrière, le gouvernement a sa part de responsabilité. Il ne doit pas se défausser sur les partenaires sociaux. Et Stéphane Lardy de rappeler : « C'est au gouvernement de François Hollande de faire son boulot et de retrouver de la croissance. L'assurance chômage ne va pas créer de l'emploi. C'est juste fait pour indemniser ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.