GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 29 Novembre
Mercredi 30 Novembre
Jeudi 1 Décembre
Vendredi 2 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 4 Décembre
Lundi 5 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Economie

    Bourse: London Stock Exchange et Deutsche Börse tentent de fusionner

    media Börse et LSE tentent à nouveau de créer un géant européen. REUTERS/Suzanne Plunkett

    Le Britannique London Stock Exchange et l'Allemand Deutsche Börse envisagent de se rapprocher et former ainsi l'un des plus grands groupes du secteur. Trois places boursières seraient concernées, celle de Francfort et de Londres mais aussi la place de Milan, qui fait partie du London Stock Exchange (LSE).

    L'enjeu est de taille, car le secteur est dominé par l'Américain Intercontinental Exchange, propriétaire de la Bourse de New York. Il y a quatre ans, Deutsche Börse l'a approché, mais la Commission européenne a stoppé net les discussions au nom de la concurrence. Cette fois-ci, l'Allemand se tourne vers son plus grand rival européen avec qui il compte créer un nouveau groupe leader d'infrastructures de marché basé en Europe.

    Ce nouveau géant pourrait sérieusement concurrencer le principal opérateur financier de la zone euro, Euronext.

    « Manifestement, s’ils suivent cette logique, c’est qu’ils veulent absolument arriver à avoir une Bourse de nature européenne et donc ils ont choisi un modèle différent de ce qui avait été envisagé auparavant, parce que si ce sont les Allemands et les Anglais qui se mettent ensemble ça va être très difficile pour Euronext de trouver sa place dans cette organisation », estime Bruno Colmant, associé au cabinet de conseil en stratégie Roland Berger.

    Les actionnaires du LSE détiendraient 45,6% de la nouvelle entité et ceux de la Bourse allemande le reste, et donc la majorité.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.