GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 23 Septembre
Samedi 24 Septembre
Dimanche 25 Septembre
Lundi 26 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 28 Septembre
Jeudi 29 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Economie

    L’Argentine trouve un accord avec les «fonds vautours»

    media Le nouveau président argentin, Mauricio Macri, a fini par céder. Fuente: Reuters.

    L’Argentine du président Mauricio Macri va verser à cette catégorie de créanciers américains récalcitrants près de 5 milliards de dollars. Voilà qui devrait mettre un terme à 14 ans de litige entre l'Argentine en défaut et ses créanciers. Avant lui, l’ex-présidente Cristina Kirchner avait refusé tout compromis avec ces fonds spéculatifs new-yorkais, qu'elle qualifiait de « vautours ». Pourquoi le nouveau président a-t-il fini par transiger avec eux ? Il n'avait plus le choix.

    Avec notre correspondant à Washington, Pierre-Yves Dugua

    Face au défaut de paiement de l’Argentine, la majorité des créanciers du pays avait renoncé, en 2005 et en 2010, à 70 % de leur dû.

    Une minorité de fonds spéculatifs américains avait toutefois refusé de suivre ces créanciers-là, préférant pendant quatorze ans mettre la pression sur Buenos Aires allant jusqu’à tenter de saisir des biens publics argentins, comme des navires et même l’avion de la présidente argentine Cristina Kirchner.

    75 % des créances remboursées

    Leur acharnement a payé. Si le Congrès argentin est d’accord, les créanciers récalcitrants vont recevoir 75 % de leur dû. Quant aux autres créanciers, ils pourront à nouveau percevoir les paiements qu’un juge newyorkais avait bloqués depuis 2014, le temps que Buenos Aires trouve un arrangement avec les créanciers récalcitrants.

    Le nouveau président argentin, Mauricio Macri, a fini par céder parce que le litige empêchait de fait l’Argentine d’emprunter à nouveau sur les marchés et cela bloquait son programme de réformes économiques libérales.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.