GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 26 Juin
Lundi 27 Juin
Mardi 28 Juin
Mercredi 29 Juin
Aujourd'hui
Vendredi 1 Juillet
Samedi 2 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Economie

    Le «bourbier d'Hinkley Point» derrière la démission du directeur financier d'EDF

    media Hinkley Point C ne sera mis en service qu'en 2023, dans le sud-ouest du Royaume Uni. REUTERS/Suzanne Plunkett/files

    Le titre du géant de l'électricité EDF plongeait à la Bourse de Paris de 7 %, ce lundi 7 mars, après la démission du directeur financier du groupe. Par sa démission soudaine, le directeur financier d'EDF, Thomas Piquemal, a tiré la sonnette d'alarme sur la situation financière du géant de l'électricité qui a besoin de capitaux pour la construction controversée de deux réacteurs EPR à Hinkley Point, en Angleterre. Un projet pharaonique qui, selon les syndicats, met en danger le groupe, détenu à plus de 80 % par l'Etat français.

    Nous renouvelons notre soutien au projet Hinkley Point...
    Emmanuel Macron, ministre de l'Économie 07/03/2016 - par RFI Écouter

    Le « bourbier d'Hinkley Point », c'est la hantise des syndicats d'EDF qui dénoncent un projet à haut risque et qui pèsera lourd sur le bilan de l'entreprise. 

    Les deux réacteurs EPR à Hinkley Point, dans le sud-ouest de l'Angleterre coûteront au bas mot 23 milliards d'euros. EDF, dont la participation de départ ne devait être que de 40 à 50 %, s'est engagée à financer le projet à hauteur de 66 %, un investissement très lourd, alors que l'entreprise doit faire face à une baisse des prix du marché de l'électricité de 30%.

    Le tour de table est difficile à boucler et le projet a été reporté plusieurs fois, mais c'était sans compter sur les pressions politiques la semaine dernière lors du sommet franco-britannique. François Hollande et David Cameron ont appelé d'une même voix à une décision finale rapide pour un projet qui est, selon le gouvernement, «un très bon investissement ».

    Rien de moins sûr, rétorquent les syndicats qui ont des inquiétudes notamment sur le volet industriel du projet. Le temps de construction des deux réacteurs EPR aurait été largement sous-estimé, et ils craignent une répétition d'un scénario à la « Flamanville », l'EPR français dans la Manche dont le devis initial a plus que triplé.

    Le parti d'opposition travailliste estime quant à lui que le gouvernement britannique devrait désormais annoncer un plan B et ne pas compter uniquement sur cette centrale. Pour les organisations écologistes ce désaccord de fond devrait aussi sonner l'alarme auprès de Londres et Paris qui continuent à annoncer la finalisation du projet début avril. Greenpeace juge d'ailleurs leur optimisme « irrationnel » après le départ début février du directeur de projet d'Hinkley et celui un mois plus tard du directeur financier du groupe d'énergie.

    Néanmoins pour les partisans de Hinkley Point, la démission de Thomas Piquemal lève les derniers obstacles à la construction de la centrale. Thomas Piquemal était opposé à un projet trop coûteux mais son sort semble avoir été scellé lorsque François Hollande et David Cameron ont confirmé leur soutien à Hinkley. La volonté politique a ainsi pris le pas sur les inquiétudes financières, constate notre correspondante à Londres, Muriel Delcroix.

    Pour les économistes, c'est un bon projet parce que c'est une opportunité pour EDF de repartir dans le nucléaire en Europe et parce que de toutes façons, les Anglais veulent faire du nucléaire et que si EDF n'y va pas, d'autres iront à sa place. C'est un problème pour les financiers qui craignent que l'endettement d'EDF augmente beaucoup.
    Jacques Percebois, professeur d'économie à l'université de Montpellier, spécialiste de l'énergie 07/03/2016 - par RFI Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.