GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 19 Juillet
Mercredi 20 Juillet
Jeudi 21 Juillet
Vendredi 22 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 24 Juillet
Lundi 25 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Economie

    Départ de Michaël Horn, patron de Volkswagen aux Etats-Unis

    media Michaël Horn, patron de Volkswagen aux Etats-Unis depuis janvier 2014. REUTERS/Darren Ornitz

    C'est un nouveau coup dur pour Volkswagen, toujours en pleine tourmente : le constructeur automobile allemand a annoncé ce jeudi 10 mars, le départ de Michaël Horn, le directeur général de Volkswagen aux Etats-Unis, le pays d'où est parti le scandale des moteurs truqués.

    C'est un départ totalement inattendu, sans raison avancée et à effet immédiat : Michaël Horn quitte le groupe Volkswagen alors qu'il bénéficiait aux Etats-Unis de la confiance et du soutien de ses pairs et des concessionnaires, confiance qui lui avait été réaffirmée dans la foulée de la révélation du mensonge sur les moteurs diesel truqués. On se souvient de ses mots : « Nous avons merdé », prononcés publiquement à l'automne.

    La direction, elle, a choisi de gérer ce scandale autrement. En janvier, le patron du groupe Mathias Müller a d'ailleurs affirmé sur une radio américaine que Volskwagen n'avait pas menti aux régulateurs. Une position que Michaël Horn ne pouvait approuver, lui qui était en première ligne dans les discussions avec les régulateurs américains.

    Ces régulateurs se demandent si l'Allemand n'a pas, en plus, profité du crédit d'impôt de 1 300 euros proposés aux acheteurs américains de voitures propres dont bon nombre de modèles figurent sur la liste des voitures équipés d'un logiciel truqueur.

    La justice américaine a demandé au constructeur des informations supplémentaires sur ce point, mardi 8 mars. Si cela s'avère, les pénalités financières encourrues par Volkswagen pourraient être bien plus lourdes.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.