GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 20 Juillet
Jeudi 21 Juillet
Vendredi 22 Juillet
Samedi 23 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 25 Juillet
Mardi 26 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Economie

    France: le déficit du régime général de la Sécurité sociale se redresse

    media Le déficit du régime général de la Sécurité sociale en 2015 serait de fait entre six milliards et demi et sept milliards d'euros, des chiffres qui devront être confirmé très rapidement par la ministre de la Santé, Marisol Touraine. REUTERS/Stephane Mahe

    Le déficit du régime général de la Sécurité sociale, qui comporte les branches assurance maladie, accidents du travail, famille et vieillesse, s'est redressé d'environ deux milliards d'euros en un an. Alors que le gouvernement tablait sur un trou de neuf milliards d'euros, en 2015, il serait de fait entre six milliards et demi et sept milliards d'euros, des chiffres qui devront être confirmé très rapidement par la ministre de la Santé, Marisol Touraine. C'est mieux que prévu, mais cela reste encore trop conséquent. Plusieurs facteurs expliquent cette amélioration.

    Cette performance s'explique par une amélioration du nombre de créations d'emplois, ce qui mécaniquement entraîne une hausse des cotisations, avec en parallèle une meilleure maîtrise des dépenses. Le gouvernement a également renforcé les contrôles. La lutte contre la fraude sociale est un enjeu de taille. Selon la Cour des comptes, le manque à gagner avoisinerait les 20 milliards d'euros, soit près de sept fois le déficit de la Sécurité sociale.

    Mais le levier principal reste le prix des médicaments. A lui seul, il a supporté à 50% les efforts pour limiter la hausse des dépenses de santé. Mieux encadrée, mieux contrôlée, la baisse du coût des médicaments a permis de réduire le trou de la Sécurité sociale. Des résultats encourageants qui incitent le gouvernement à poursuivre l'effort, au risque de déplaire aux laboratoires pharmaceutiques. L'exécutif prévoit une nouvelle baisse des prix pour 2016 de plus de 500 millions d'euros, avec à la clé des amendes. Si les industriels ne jouent pas le jeu, au-delà d'un certain seuil, ils seront taxés.

    Autre piste : le gouvernement pourrait s'appuyer sur la vente de médicament en automédication. Non remboursée et sans consultation préalable d'un médecin, elle pourrait générer une économie d'un milliard et demi d'euros par an.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.