GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
Mardi 23 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 25 Juillet
Vendredi 26 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Economie

    Réunion de Doha: l’absence de l’Iran fait douter de la possibilité d’un accord

    media L'Iran ne participera pas à la réunion prévue dimanche à Doha pour tenter de parvenir à un gel de la production de pétrole. Kaveh Kazemi/Getty Images

    Les marchés pétroliers ont les yeux rivés sur Doha. La capitale du Qatar doit accueillir ce dimanche les représentants d’une quinzaine de pays producteurs, dont l’Arabie saoudite et la Russie, pour tenter de parvenir à un gel de l’offre mondiale de brut. Mais un accord est peu probable en l’absence de l’Iran.

    Le succès de Doha est bien compromis. L’Iran ne participera pas à la réunion qui vise à geler la production pétrolière mondiale pour soutenir les cours du brut. Au mieux Téhéran enverra-t-il son représentant à l’Opep, mais pas son ministre du Pétrole.

    L’Iran veut retrouver son niveau de production d’avant les sanctions. Or l’Arabie saoudite a redit qu’elle n’accepterait pas de geler son offre de brut si les autres grands producteurs ne l’imitaient pas. Le vice-prince saoudien a même déclaré que le royaume était capable d’ouvrir davantage les vannes pour produire immédiatement plus d’un million de barils par jour supplémentaire. Pas de quoi rassurer les marchés pétroliers.

    Les cours du brut avaient pourtant connu une embellie depuis l’évocation de ce gel concerté de l’offre, en février dernier : l’Arabie saoudite, géant de l’Opep, et la Russie, autre géant pétrolier hors du cartel, s’étaient engagées en cas d’accord, à ne pas dépasser leur production du mois de janvier, un niveau déjà record.

    Mais les dernières déclarations iraniennes et saoudiennes font désormais douter du succès de Doha, qui pourrait n’être qu’une étape, avant, peut-être, d’autres réunions plus constructives dans les mois qui viennent.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.