GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 12 Juillet
Samedi 13 Juillet
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Economie

    Chute des cours du pétrole après l'échec de la réunion de Doha

    media Les cours du baril de brent de la mer du Nord ont reculé de plus de 4%, lundi 18 avril, sur les marchés asiatiques, après l'échec de la réunion des principaux producteurs de pétrole à Doha. REUTERS/Lee Jae-Won

    Les cours du pétrole ont enregistré une forte chute ce lundi 18 avril, au lendemain de l'échec de la réunion des principaux producteurs d'or noir à Doha. Ces discussions visaient à geler la production, face à l'excès de l'offre mondiale.

    Les cours du pétrole ont dégringolé jusqu'à 70 % par rapport à leurs niveaux mi-2014. En cause : une surproduction des principaux pays producteurs qui pompent entre un et deux millions de barils par jour de plus que nécessaire pour satisfaire la demande.

    La réunion de ce dimanche au Qatar visait justement à limiter cette baisse, en mettant en place dans l'idéal un gel de la production en se basant sur les niveaux du mois de janvier, et ce jusqu'en octobre 2016.

     → A (RE)LIRE : Pétrole: échec à Doha en l’absence de l’Iran

    Mais c'était sans compter les fortes tensions qui règnent au sein de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), cristallisées entre l'Arabie saoudite et l'Iran, qui se livrent une guerre par procuration en Syrie et au Yémen. Riyad exigeait que tous les pays membres de l'organisation jouent le jeu. Mais Téhéran ne l'a pas entendu de cette oreille et a boycotté la réunion, refusant de stabiliser sa production de pétrole.

    Pas question pour la République islamique de se priver de cette manne financière alors même que les puissances occidentales ont levé les sanctions liées au dossier sensible du nucléaire. En réponse, l'Arabie saoudite menace d'augmenter sa production de barils.

     → LIRE AUSSI : Iran / Arabie Saoudite: faut-il craindre l’affrontement?

    « Chacun poursuit ses objectifs égoïstes et cela peut conduire aux scénarios les plus imprévisibles », a déploré Valery Goloubev, administrateur du groupe gazier russe Gazprom ce lundi lors d'une conférence sur le secteur de l'énergie à Moscou. Ce statu quo illustre « l'état déplorable des relations au sein de l'Opep », commente de son côté la banque d'investissement Morgan Stanley.

    Conséquence, les cours du brent de la mer du Nord ont enregistré une nouvelle baisse de 4,2 % sur les marchés asiatiques ce lundi matin, se maintenant au-dessus de 41 dollars le baril. Une baisse tout juste limitée par une grève du secteur pétrolier au Koweït et la chute du nombre de forages aux Etats-Unis, mais qui devrait vraisemblablement se poursuivre au second trimestre 2016 jusqu'à 35 dollars le baril en moyenne, selon Goldman Sachs.

    (Avec Reuters)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.