GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 5 Décembre
Vendredi 6 Décembre
Samedi 7 Décembre
Dimanche 8 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 10 Décembre
Mercredi 11 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Nouvelle-Zélande: éruption d'un volcan très fréquenté par les touristes
    Europe

    Réunion cruciale de l’Eurogroupe consacrée à la Grèce

    media Les ministres des Finances de la zone euro se retrouvent ce mardi 24 mai à Bruxelles pour évoquer à nouveau le cas de la Grèce. REUTERS/Francois Lenoir

    Les ministres des Finances de la zone euro se retrouvent ce mardi 24 mai à Bruxelles pour évoquer à nouveau le cas de la Grèce. Ils devraient décider de débloquer une nouvelle tranche de prêts pour le pays. Le plan d'aide de 86 milliards d'euros, voté en juillet dernier, était suspendu depuis plusieurs mois dans l'attente de l'adoption par Athènes de nouvelles mesures de rigueur. La Grèce a besoin de cet argent car elle doit rembourser 2,2 milliards d'euros à la Banque centrale européenne en juillet prochain. L'Eurogroupe devrait également se pencher sur un éventuel allègement de la dette du pays qui se monte à 180% de son PIB.

    Réformes des retraites et de l'impôt, hausse de la TVA, accélération des privatisations et mise en place d'un mécanisme de coupes budgétaires automatiques en cas de dérapage à partir de 2018, en 15 jours, la Grèce a fait « des progrès considérables », selon Pierre Moscovici, commissaire européen aux Affaires économiques. Des progrès qui devraient lui permettre d'obtenir un nouveau chèque.

    Reste à savoir de combien il sera, et surtout s'il s'accompagnera d'un allègement de la dette : « On va commencer à parler de l’allègement de la charge de la dette grecque. Et je constate qu’il y a un esprit, une volonté commune, une volonté partagée de trouver des solutions à cet accord d’ensemble. On réfléchit à court terme de quelles mesures peut-on prendre pour mieux gérer la dette grecque pour alléger sa charge. A moyen terme c’est en 2018, y a-t-il moyen d’aller plus loin. Et sur les décennies qui viennent, il y a deux limites : un, il n’y aura pas d’annulation de dette ; la deuxième, c’est que personne ne veut qu’on touche au programme jusqu’en 2018, il doit être intégralement respecté. »

    L'allègement de la dette devrait donc être progressif et conditionné au respect du programme d'aide. Si elle suit la voie tracée par ses créanciers, la Grèce devrait retrouver la croissance au deuxième semestre avant d'enregistrer une hausse du PIB de 3% en 2017. C'est en tout cas ce que lui prédit la Commission européenne.

    Absence de consensus

    « Sur du très court terme, analyse de son côté l'économiste Christopher Dembik de Saxo Banque, une banque d'investissements, il ne faudra pas s’attendre à des avancées concrètes concernant la restructuration de la dette grecque. »

    Selon l’économiste, du côté des créanciers, il n’y a pas de consensus sur la manière dont on doit restructurer la dette, essentiellement l’Allemagne et une partie de l’Eurogroupe qui est extrêmement intransigeante par rapport à un allégement de la dette grecque. Et Christopher Dembik de poursuivre : « Et pourtant la vraie problématique aujourd’hui est l’allègement de la dette grecque, la question se pose tout simplement parce qu’on va avoir une dette dans les prochaines années qui va atteindre 200% du PIB et qui ne sera dans tous les cas pas remboursable. Surtout, ça aura un impact négatif sur une éventuelle relance de la croissance dans le pays. Pour l’instant, la position qui semble la plus consensuelle serait de reporter par exemple le paiement des intérêts ou d’avoir éventuellement une période de grâce qui a été évoquée par le FMI. Donc il faut vraiment qu’il y ait aussi du côté des créanciers une approche consensuelle qui n’est clairement pas là dans l’immédiat. »

    Le Fonds monétaire international, l'un des créanciers de la Grèce qui pousse pour une réduction de sa dette, estime que cet allègement ne doit pas être lié à l'application de réformes. Il doit être « inconditionnel », a estimé l'institution dans un communiqué publié lundi 23 mai. Les marchés attendent un « signal fort et crédible ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.