GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 23 Mai
Jeudi 24 Mai
Vendredi 25 Mai
Samedi 26 Mai
Aujourd'hui
Lundi 28 Mai
Mardi 29 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Economie

    Inondations en France: une note salée pour les assureurs

    media En France, des centaines de communes, des milliers d'entreprises, d'agriculteurs et de particuliers ont été affectés par une semaine de pluies torrentielles et d'inondations. REUTERS/Christian Hartmann

    L'accalmie sur le front des inondations en France se confirme. A Paris, la Seine continue sa décrue. Il y a peu de dégâts en Normandie où même si le fleuve a débordé sur les quais de Rouen dimanche, la situation devrait se stabiliser lundi. L'heure est désormais au bilan et la note devrait être salée.

    Impossible pour l'heure de dire précisément combien coûteront ces inondations. Mais au bas mot, la facture s'élèvera à 600 millions d'euros, selon l'Association française des assurances (AFA). La Maif, pour sa part, parle de près de 2 milliards d'euros de dégâts.

    Pas de quoi pour autant ralentir l'économie française, a assuré le ministre des Finances, Michel Sapin. En revanche, pour les zones touchées, les conséquences seront lourdes.

    Agriculteurs, commerçants, chefs d'entreprises et particuliers attendent avec impatience les indemnisations des assurances. Elles devront leur être versées sous trois mois, une fois l'état de catastrophe naturelle décrété, ce qui devrait être le cas mercredi en Conseil des ministres.

    Catastrophe naturelle

    Ce lundi matin, les assureurs seront reçus par la secrétaire d'Etat à l'Aide aux victimes, Juliette Méadel, afin de simplifier et d'accélérer les procédures. Et mardi, Emmanuel Macron s'entretiendra avec les représentants des secteurs du commerce, du tourisme et de l'hôtellerie-restauration. Des secteurs éprouvés ces derniers mois, entre les inondations, les grèves et les attentats. Les organisations patronales demandent des mesures de soutien, comme un report du versement des cotisations sociales.

    Enfin, en ce qui concerne les entreprises, les bâtiments et les équipements publics, l'Etat étant son propre assureur, ce sera à lui de payer.

    Dégâts pour les agriculteurs et les éleveurs

    Et les agriculteurs n'ont pas non plus été épargnés. Une vingtaine de départements français ont déjà déclenché le fonds de calamité agricole. Avec de vastes étendues de champs sous les eaux, les conséquences sur les cultures et l'élevage sont lourdes.

    « Compte tenu de toutes ces cultures qui sont sous l'eau, on va devoir refaire tous les semis de printemps qui vont être complètement noyés », déplore Joël Limousin, vice-président de la FNSEA, le premier syndicat français d'agriculteurs, chargé de la gestion des risques.

    Autres « victimes économiques » de ces intempéries, les éleveurs vont être « fortement touchés dans certaines zones avec de l'herbe qui est sous l'eau, ajoute-t-il. Et cette herbe ne sera pas consommable parce qu'il y aura des déchets et des risques notamment de corps étrangers qui pourraient amener des maladies aux animaux. Les agriculteurs ne prendront pas le risque de donner ces fourrages-là aux animaux ».

    Précipitations à venir

    Petite note d'optimisme, la Seine a amorcé sa décrue, mais les prévisions météo annoncent encore de la pluie pour la semaine à venir. Des précipitations qui ne devraient pas être trop importantes mais qui risquent tout de même d'avoir des effets sur les cours d'eau déjà en crue, comme l'explique Bruno Janet, hydrologue à Vigicrues :

    « Ce qui va jouer ce sont les quantités d'eau qui vont tomber et où elle tombe. Parce que quand l'eau sur l'amont du bassin, que ça soit l'amont de la Seine ou de l'Yonne, elle met un temps relativement long pour arriver à Paris. S'il pleut par exemple sur les parties en amont [ce dimanche], l'eau arrivera mercredi ou jeudi sur Paris et le niveau de la Seine sera déjà vraiment redescendu. Mais si elle tombe plus près de la région parisienne, elle va arriver beaucoup plus vite. Ce qui veut dire qu'elle va limiter fortement la décrue de la Seine à Paris. »

    Mais ce spécialiste se veut rassurant, puisque les précipitations attendues ne devraient pas être très importantes, avance-t-il : « Pour la Seine à Paris, nous n'avons pas d'inquiétude de retourner sur des niveaux dommageables. Par contre, nous avons des cours d'eau comme l'Essonne par exemple qui est actuellement en crue et qui va avoir son pic de crue pendant la semaine, lundi et mardi. Là-dessus des précipitations supplémentaires vont encore la faire gonfler et avoir des flux encore plus importants. Et c'est sans doute plus sur ces petits cours d'eau qu'il faut avoir une attention que vraiment sur la Seine en elle-même. »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.