GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 15 Novembre
Jeudi 16 Novembre
Vendredi 17 Novembre
Samedi 18 Novembre
Aujourd'hui
Lundi 20 Novembre
Mardi 21 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Cuba se serre la ceinture à cause du Venezuela

    media Depuis une semaine à Cuba, les entreprises d’Etat ont pour ordre de réduire leur consommation d'énergie (photo d'illustration). REUTERS/Ueslei Marcelino

    Raul Castro demande aux Cubains de réduire les dépenses, notamment la consommation d'énergie. L'île voit son endettement s'aggraver du fait du ralentissement de l'économie mondiale. L'économie cubaine est également affectée par le plongeon des revenus pétroliers du Venezuela.

    Raul Castro demande aux Cubains de se serrer la ceinture et de réduire toutes les dépenses qui ne seront pas indispensables. Depuis une semaine, les entreprises d'Etat, encore toutes puissantes à Cuba, ont pour ordre de réduire en particulier leur consommation de carburant et d'électricité de moitié.

    Des mesures d'austérité face à la baisse des revenus d'exportation de l''île : les revenus du nickel ont fondu avec la chute des cours du métal ; quant au sucre, la production et les ventes ont fortement diminué.

    L'effondrement de l'économie du Venezuela

    Mais Cuba subit avant tout l'effondrement de l'économie d'un pays ami, le Venezuela. Le régime de Nicolas Maduro expédie beaucoup moins de barils de brut à prix préférentiel qu'auparavant vers Cuba. C'était jusqu'à présent 60% des besoins de l'île. Cuba reçoit également moins de transferts d'argent des médecins et des enseignants cubains émigrés au Venezuela.

    De ce fait, Raul Castro a reconnu que Cuba avait du mal à payer sa dette. Le chef de l'Etat a néanmoins écarté le spectre de la crise des années 1990. Si la croissance est deux fois moindre que prévu, a reconnu le leader cubain, elle est encore de 1% au premier semestre.

    Faire face aux rumeurs

    « Comme nous pouvions nous y attendre, dans le but de provoquer le découragement et l'incertitude de la population, des rumeurs et des spéculations commencent à apparaître », a déclaré Raul Castro devant le Parlement. Et d’ajouter : « Elles évoquent un effondrement imminent de notre économie et la prévision d'un retour à la phase sévère de la période spéciale, que nous avons vécue à partir des années 90 du siècle dernier, et que nous avons su surmonter grâce à la capacité de résistante du peuple cubain et à sa confiance illimitée dans Fidel et le Parti. »

    Le président cubain a conclu : « Nous ne pouvons pas nier que nous pouvons souffrir de certains désagréments, que pourrait être pires que ceux de l'époque, mais nous sommes préparés, et ceci dans de meilleures conditions qu'à l'époque pour renverser la situation. »
     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.