GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
Aujourd'hui
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Record battu pour un tableau de Nicolas de Staël, adjugé 20 millions d'euros à Paris (Christie's)
    • La Turquie va mettre fin à son offensive en Syrie après un retrait des forces kurdes, annonce Mike Pence
    • L'invitation de Trump à Erdogan suspendue aux discussions en cours à Ankara (Maison Blanche)
    Economie

    La BCE prolonge son soutien à l'économie, mais baisse le rythme

    media Le président de la Banque centrale européenne, Mario Draghi, lors d'une conférence de presse, ce 8 décembre 2016, au siège de l'insitution à Francfort. REUTERS/Ralph Orlowski

    La Banque centrale européenne (BCE) a décidé de prolonger son programme de soutien à l'économie jusqu'à fin 2017. Toutefois son rythme de rachats d'actifs va légèrement diminuer. L'institution conserve aussi son principal taux directeur à 0%. Cette décision a été prise lors de la réunion des gouverneurs de l'institution, jeudi après-midi 8  décembre, à Francfort. Une décision fortement attendue.

    La BCE va poursuivre ses rachats de dettes publiques et de créances privées fixés à 80 milliards d'euros par mois actuellement. Mais l'institution veut aller au-delà de la date prévue pour fin mars 2017, et prolonger son programme jusque fin décembre 2017.

    Toutefois, le volume de rachats sera plus limité qu'auparavant, à savoir 60 milliards d'euros par mois. La BCE se donne en plus une marge de manœuvre : les injections massives d'argent dans l'économie pourraient être si nécessaires, étendues sur une année de plus.

    La décision est donc de continuer une politique ultra-accommodante, mais certains économistes y voient déjà une amorce vers une politique monétaire plus restrictive. Ce n'est pas l'avis de Mario Draghi. « Une réduction de la taille des achats ne veut pas du tout dire qu'il s'agit d'un tapering », a martelé le patron de la BCE. Pour lui les gouverneurs n'ont, à aucun moment, discuté d'un arrêt progressif du rachat d'actifs.

    Par ailleurs, l'institution relève ses prévisions de croissance à 1,7% contre 1,6%.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.