GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Avec notre envoyée spéciale, notre correspondant, et nos invités, retour sur le scrutin de dimanche et point sur les premières tendances qui semblent se dessiner.

    Dernières infos
    • Les prix du pétrole grimpent de plus de 10% après les attaques contre l'Arabie saoudite
    Economie

    Chantiers de Saint-Nazaire: Fincantieri retenu pour la reprise de STX France

    media Un bâtiment sur le chantier naval STX de Saint-Nazaire, en décembre 2016. LOIC VENANCE / AFP

    La justice sud-coréenne a retenu le constructeur naval italien Fincantieri comme candidat privilégié à la reprise du chantier naval STX France de Saint-Nazaire.

    « Le tribunal est parvenu à une décision cet après-midi (mardi, NDLR) », a déclaré le juge Choi Ung-Young, qui fait office de porte-parole du tribunal de commerce du district central de Séoul

    Le groupe sud-coréen STX Offshore and Shipbuilding, actionnaire majoritaire du chantier de Saint-Nazaire, se débat depuis des années avec des pertes croissantes provoquées par une gestion défaillante et une demande mondiale en berne. Il a officiellement été mis en vente en octobre par la justice sud-coréenne. Les chantiers de Saint-Nazaire, détenus pour un tiers par l'Etat français, sont sa seule filiale rentable.

    Etude de terrain et prix d'achat

    Fincantieri doit à présent mener une étude de terrain sur les chantiers navals français et se mettre d'accord sur un prix d'achat avec le groupe sud-coréen, avant la signature d'un accord qui le verrait acquérir 66,6 % de STX France. L'italien, interrogé par l'Agence France-Presse, s'est refusé à tout commentaire.

    Les noms de Fincantieri, du néerlandais Damen et du groupe naval français DCNS avaient été évoqués pour la reprise de la florissante filiale française de STX Offshore and Shipbuilding. Mais l'Italien avait été le seul à faire une offre de reprise la semaine dernière dans les délais impartis.

    Contrairement à sa maison mère, STX France, qui compte 2 600 salariés et fait travailler environ 5 000 sous-traitants, est en pleine forme avec un carnet de commandes très bien rempli.

    Seuls chantiers à construire des gros navires de guerre

    Les chantiers constituent enfin le seul site sur le territoire français capable de fabriquer des navires de guerre de gros tonnage, comme les porte-hélicoptères pour le compte du groupe de défense DCNS.

    Même si dans le carnet de commandes des chantiers de Saint-Nazaire, la production de navire de guerre reste très minoritaire – les chantiers sont avant tout tournés vers le marché des paquebots de croisière –, depuis la fermeture des chantiers de Brest, St-Nazaire reste le seul site en France capable de produire des bateaux de guerre à coque dite « large », c'est-à-dire d'un tonnage supérieur à 15 000 tonnes.

    En clair, si la France devait se doter à l'avenir d'un nouveau porte-avion ou si le constructeur DCNS devait vendre de nouveaux bâtiments de la classe Mistral à l'étranger, ils seraient au moins en partie assemblés à Saint-Nazaire. L'Etat français a d'ailleurs conservé 33% des parts de l'entreprise, et la décision de la justice coréenne devra être validée par le gouvernement français.

    Dans le domaine de la navale militaire, l'italien Fincantieri est par ailleurs un concurrent direct du fleuron national DCNS. Les 2 groupes sont partenaires sur le programme européen de Frégate FREMM mais concurrents notamment sur le segment des porte-hélicoptères (LHD) de 20 000 tonnes. Pour l'heure, les Italiens fabriquent les leurs dans leur chantier du golfe de Gênes dans le nord de l'Italie, mais la France devra s'assurer qu'en cas de ralentissement de l'activité à Saint-Nazaire, Fincantieri ne sera pas tenté de sacrifier le site français.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.