GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Aujourd'hui
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Economie

    Donald Trump menace Toyota de représailles pour un projet au Mexique

    media Les constructeurs automobiles sont actuellement les cibles de Donald Trump, qui critiquent violemment sur Twitter des projets de délocalisation au Mexique. REUTERS/Carlo Allegri/Files

    Après Ford et General Motors, c’était, jeudi 5 janvier, au tour de Toyota d’être la cible de Donald Trump. Le nouveau président américain a écrit un tweet dans lequel il menace le géant automobile japonais de représailles douanières s’il construit au Mexique une usine de production de voitures destinées au marché américain.

    « Construisez des usines aux Etats-Unis ou payez d'importantes taxes à la frontière », menace Donald Trump dans son tweet. Le futur président américain fait référence à une nouvelle usine que le groupe japonais projette de construire à Maijo au Mexique. Toyota y fabriquera des modèles Corolla destinés selon le président élu au marché américain.

    Les réactions n’ont pas tardé du côté du constructeur ; le géant japonais de l’automobile a rappelé à Donald Trump qu’il a construit 25 millions de véhicules aux Etats-Unis au cours des trente dernières années, et qu'il dispose sur le territoire américain de dix usines faisant travailler 136 000 salariés.

    Trump cherche à dissuader les constructeurs automobiles d'utiliser l'accord de libre-échange nord-américain, l'Alena. Cet accord leur permet, sans droits de douane, d'exporter vers les Etats-Unis des marchandises produites au Mexique ou au Canada.

    Toujours sur Twitter, il a brandi les mêmes menaces, le mardi 3 janvier dernier, contre General Motors, le premier constructeur américain. Il n’a pas non plus épargné le constructeur historique Ford qui a renoncé à construire une usine au Mexique, pour investir dans une installation déjà existante, au nord des Etats-Unis.
     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.