GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Aujourd'hui
Dimanche 22 Septembre
Lundi 23 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Economie

    Les actes de piraterie maritime chutent, les enlèvements en mer explosent

    media Photo non datée publiée le 29 avril 2012 par les gardes côtes des Philippines (PCG) montrant une péniche malaisienne abandonnée qui aurait été attaquée par des pirates, près des récifs de Tubbatahha sur la mer de Sulu. AFP

    Les enlèvements en mer ont atteint en 2016 leur plus haut niveau depuis dix ans. C'est en Asie dans les eaux séparant le sud des Philippines et la Malaisie que l'on note le plus d'attaques, suivies de séquestrations de marins. La piraterie toutefois a chuté au large de la Somalie, avec seulement deux navires attaqués sans succès l'an dernier, mais reste importante en Afrique de l'Ouest dans le golfe de Guinée particulièrement, assure le Bureau maritime international (BMI) basé à Kuala Lumpur en Malaisie.

    Premier constat du Bureau maritime international, les actes de piraterie sont en baisse. 191 attaques répertoriées en 2016 contre 246 l'année précédente. En revanche, les objectifs des pirates changent. Il ne s'agit plus seulement de s'emparer du navire et de sa cargaison, mais surtout de prendre en otage les équipages, pour récupérer des rançons, une technique devenue courante dans la mer de Sulu. Les eaux qui séparent le sud de Philippines et la Malaisie, sont devenues les plus dangereuses au monde. C'est la zone de chasse de groupes de pirates qui seraient liés au mouvement islamiste Abou Sayyaf.

    Soixante-deux personnes ont été enlevées en mer en 2016 contre dix-neuf en 2015. Ces enlèvements ont eu lieu pour moitié en Asie, et en Afrique de l'Ouest, mais les prises d'otages dans le golfe de Guinée sont généralement résolues beaucoup plus vite que celles qui surviennent en Asie ou les équipages sont parfois déténus durant des mois.

    Enfin le Pérou qui n'avait constaté aucun incident en 2015 a enregistré 11 actes de pirateries l'an passé dont 10 dans le principal port du pays, à Callao dans la banlieue de Lima.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.