GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 21 Septembre
Samedi 22 Septembre
Dimanche 23 Septembre
Lundi 24 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 26 Septembre
Jeudi 27 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Economie

    Le programme économique très patriotique de Marine Le Pen

    media La candidate du Front national Marine Le Pen (extrême droite) en conférence de presse à Paris, le 26 janvier 2016. REUTERS/Jacky Naegelen

    Dans une interview accordée au journal Le Monde, Marine Le Pen égraine un programme économique basé, selon ses termes, sur le patriotisme. Elle dévoilera plus en détail ce programme ce week-end à Lyon. En primeur : l'intention de favoriser l'embauche de citoyens français, en taxant tout nouveau contrat d'employés étrangers.

    « Chaque euro dépensé aura pour vocation à défendre les intérêts des Français », déclare Marine Le Pen dans Le Monde. Cela passe donc par « l'application d'une priorité nationale », indique la candidate. Comment ? Par l'intermédiaire d'une taxe supplémentaire sur tout nouveau contrat d'employé étranger. « Cette recette sera versée à l'indemnisation des chômeurs », promet-elle.

    Pour doper le pouvoir d'achat, la candidate a plusieurs pistes : une baisse d'impôt de 10% pour les contribuables modestes et les classes moyennes. « C'est un gros effort que nous faisons. » Elle insiste.

    Pour les personnes aux faibles revenus ou pour les retraités dont la pension est inférieure à 1 500 euros par mois, Marine Le Pen veut instaurer une  « prime de pouvoir d'achat ». Cette prime d'environ 80 euros par mois serait financée par une taxe de 3% sur l'importation de biens et services. « 3% sur l'importation c'est totalement indolore », soutient la présidente du Front national.

    Cette politique de relance, elle le concède, va augmenter d'un point la dette de la France, une dette qui dépasse les 2 000 milliards d'euros. Un choix qu'elle assume, car selon elle « l'austérité aggrave la dette ».

    → A (re) lire : France: Le Pen critiquée pour ses propos sur la scolarité des enfants étrangers

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.