GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 21 Mai
Mercredi 22 Mai
Jeudi 23 Mai
Vendredi 24 Mai
Aujourd'hui
Dimanche 26 Mai
Lundi 27 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Economie

    Brexit: les employeurs craignent une fuite des travailleurs européens

    media Les patrons britanniques peinent à pourvoir les postes vacants notamment dans les secteurs comme la vente, l'hôtellerie et la restauration, et qui emploient de nombreux ressortissants européens. Mike Kemp / Contributeur/Getty

    Le Brexit a de multiples répercussions. De plus en plus de Britanniques craignent la fuite d'une main-d'œuvre européenne précieuse pour l'économie du Royaume-Uni. Plus de 40% des employés venus d'Europe songent à démissionner et à quitter le pays. C'est ce que révèle un sondage du Chartered Institute of Personnel and Development (CIPD), qui a interrogé plus de mille patrons d'entreprises.

    Près de la moitié des Européens installés au Royaume-Uni veulent partir, mais ceux qui envisageaient de s'y implanter ont désormais des doutes. « On constate que moins d'Européens viennent au Royaume-Uni pour travailler à cause du Brexit, mais surtout à cause de la chute de la livre sterling. Travailler en Angleterre est devenu moins intéressant pour eux, car ils gagnent moins d'argent », explique Gerwyn Davies, conseiller du CIPD.

    Les patrons anglais devront sans doute se tourner vers la main-d'œuvre britannique particulièrement dans l'hôtellerie, le secteur médical et manufacturier.

    « Les employeurs anglais vont devoir recruter parmi d'autres catégories de personnel, les seniors, les femmes qui sortent de congé maternité, les jeunes aussi. Les employeurs devront probablement augmenter les salaires et accepter des emplois du temps plus flexibles. Tous les patrons nous l'ont dit, ils dépendent depuis tellement longtemps de la main-d'œuvre européenne, qu'ils n'ont pas eu à être proactifs pour recruter localement », poursuit le conseiller.

    Gerwyn Davies redoute que de nombreux patrons revoient plutôt leurs objectifs de croissance à la baisse.

    → A (re) lire : Les députés britanniques adoptent le projet de loi pour déclencher le Brexit

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.