GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Juillet
Mercredi 18 Juillet
Jeudi 19 Juillet
Vendredi 20 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 22 Juillet
Lundi 23 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Economie

    France: Lafarge privé de Paris Plages

    media La Ville de Paris concède que l'édition 2017 sera «sans sable». REUTERS/Charles Platiau

    En France, Paris Plages, ces berges ensablées en été sur les bords de la Seine, ne sera plus fourni en sable par LafargeHolcim. Le boycott du cimentier franco-suisse a été décidé mardi par le Conseil de Paris après que le patron du groupe a annoncé, début mars, son intention de collaborer à la construction du mur anti-migrants entre les Etats-Unis et le Mexique. Le président de la République François Hollande a même appelé Lafarge à se « montrer prudent avant de se porter candidat ».

    Depuis quinze ans, Lafarge fournit jusqu'à 5 000 tonnes de sable pour Paris Plages. La Mairie de Paris met donc un terme à son « partenariat » avec l'entreprise.

    Une nouvelle épine dans le pied du groupe cimentier qui, récemment encore, était soupçonné de financer indirectement des groupes rebelles en Syrie, y compris des groupes jihadistes, afin de maintenir ses activités dans le pays.

    Interrogé par RFI, Lafarge précise que le sable de Paris Plages est fourni gratuitement à la Ville de Paris.

    « Entreprise infréquentable »

    Contactée également, la Ville de Paris concède que l'édition 2017 sera « sans sable ». Il y aura à la place des pelouses, des végétaux, des animations, des restaurants. Une décision prise en « octobre 2016 », soit bien avant que Lafarge ne parle de collaborer avec l'administration Trump.

    Il n'empêche que le groupe franco-suisse risque d'être pénalisé lors de futurs contrats avec Paris, s'il accepte de participer à la construction du mur controversé entre les Etats-Unis et le Mexique. Bruno Julliard, premier adjoint à la Marie de Paris dénonce « une entreprise infréquentable » et rappelle « les engagements éthiques que les Parisiens sont en droit d'attendre de la part de la Ville. »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.