GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Aujourd'hui
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Le PDG de LafargeHolcim poussé vers la sortie

    media Eric Olsen, ici à Zurich en mars 2017, lorsqu'il présentait les résultats de 2016 du groupe, n'est plus le PDG du cimentier LafargeHolcim. Il a démissionné ce 24 avril 2017. REUTERS/Arnd Wiegmann

    Le PDG du cimentier franco-suisse LafargeHolcim démissionne. Eric Olsen est poussé vers la sortie par le conseil d'administration après des semaines de crise au sommet du groupe. Au cœur des tensions, les résultats d'une enquête interne sur les soupçons de financement du groupe jihadiste Etat islamique en Syrie. Le mois dernier, LafargeHolcim avait reconnu avoir payé des intermédiaires appartenant à des groupes jihadistes pour poursuivre son activité dans le pays en guerre. La démission d'Eric Olsen a été officialisée ce lundi 24 avril.

    Les faits remontent à 2013 et 2014. A l'époque, c'est l'entité française Lafarge qui gère la cimenterie de Jabaliya dans le nord-est syrien cerné par le conflit et les jihadistes de l'Etat islamique. Le journal Le Monde a révélé que des intermédiaires sont alors payés pour permettre aux camions de l'entreprise de circuler, finançant ainsi indirectement des groupes terroristes.

    En 2015, Lafarge fusionne avec le suisse Holcim et, en interne, l'affaire prend de l'ampleur. Le comité d'audit déclenche une enquête qui a rendu ses conclusions le mois dernier : des mesures inacceptables ont été prises en Syrie et des dirigeants du groupe étaient au courant que les codes de conduite avaient été enfreints.

    Aujourd'hui, tout en acceptant la démission de son PDG, le groupe affirme qu'Eric Olsen, directeur des ressources humaines de Lafarge à l'époque, n'était pas responsable ou au fait de ces abus. Au contraire, LafargeHolcim salue le dirigeant qui a permis au groupe de traverser les tempêtes nées de la fusion et d'afficher de très bons résultats en 2016. Le groupe indique encore qu'il ne communiquera pas plus avant sur les personnes, une information judiciaire étant ouverte en France sur les activités de Lafarge en Syrie.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.